Libération
“l'Eurokteb2’’ ou comment réconcilier les enfants et le livre

Promouvoir la lecture et la connaissance des langues et cultures étrangères

07/12/2018 Chady Chaabi

Si on vous disait que les Marocains sont des férus de littérature, vous auriez raison de ne pas nous croire. En effet, une récente étude, intitulée "Arab Reading Index 2016" et élaborée par la Fondation Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, en partenariat avec le PNUD, révèle que les citoyens du Royaume consacrent moins de 60 heures par an à la lecture, soit 10 minutes par jour. En comparaison aux Français par exemple, c’est près de quatre fois moins. Dans ce contexte, toutes les initiatives sont les bienvenues, à l’instar de l'Eurokteb2.
Lancée mercredi à Rabat, conjointement par la direction régionale de la culture de Rabat-Salé-Kénitra, l'Institut Cervantès, l'Institut Camões, l'Institut Goethe, l'Institut français et le British Council, l'Eurokteb2 est une exposition itinérante, mettant à disposition du grand public, des livres issus des bibliothèques des Instituts culturels nationaux de l'Union européenne (EUNIC), avec en ligne de mire, un objectif : promouvoir la lecture et la connaissance des langues et cultures européennes auprès des enfants et adolescents de la région de Rabat-Salé-Kénitra en général, mais aussi les rendre attractives aux yeux des enfants et adolescents des couches les plus défavorisées.
Pour parvenir à atteindre les objectifs fixés par cette initiative, qui, au passage, est le prolongement du projet Eurokteb, lequel a débuté en janvier 2018, le président de l'Institut Cervantès de Rabat, Javier Galván, a dévoilé « l’organisation d’un ensemble de formations, destinées aux bibliothécaires, responsables et volontaires locaux, afin de leur permettre de devenir des animateurs capables d'attirer enfants et adolescents à la bibliothèque et, ainsi, donner continuité à l'effet initial du projet». En sus « des outils d'apprentissage assez innovants sont utilisés pour capter l'attention des enfants », a indiqué Marion Bourel, la responsable de la médiathèque de l'Institut français. Et de préciser : « Notamment le "kamishibai", littéralement "pièce de théâtre sur papier", qui est une technique de lecture d'origine japonaise, basée sur des images défilant dans un petit théâtre en bois ou en carton, ou encore les livres pop-up, dont les pages contiennent des mécanismes développant en volume ou mettant en mouvement certains de leurs éléments».
Rouage essentiel dans la concrétisation de l'Eurokteb2, la direction régionale de la culture de Rabat-Salé-Kénitra, via sa représentante, Kanza Amara, a tenu à exprimer son enthousiasme quant à cette action qui, selon elle « en plus d'initier et d'encourager les enfants et les adolescents à la lecture, permettra de donner à ces derniers, un aperçu sur la valeur du patrimoine culturel et l'importance de l'interculturalité et de la culture pour vivre ensemble ». Et qui sait, peut-être à force d’avoir des livres sous le nez, les Marocains finiront par y succomber et s’y plonger.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :