Libération
Une chasse au trésor qui finit mal pour son auteur

Branle-bas de combat à Serghina dans les environs de Boulmane

14/06/2018 Mohamed Jaouad Kanabi

Une montagne dans les environs de Boulmane a suscité lundi dernier bien des convoitises de la part de centaines d’habitants du douar Serghina. Envoûtés, sans doute, par le charlatanisme de ‘’H.J’’, un personnage présentant des signes d’un déséquilibre mental manifeste, ils se sont laissé aller à la rêverie en espérant des lendemains meilleurs.
En effet, H.J, accompagné de sa famille, rassembla au pied d’une montagne plus d’un millier de personnes en leur promettant monts et merveilles quand il leur fit entrevoir que dans les entrailles de la roche, justement, se trouvait un trésor bien plus précieux que de l’or, enfoui là par ses ancêtres et qu’il serait, après extraction, partagé à parts égales entre les gens de la bourgade.
Il entreprit alors d’étranges rites s’apparentant plus à la diablerie qu’à autre chose malgré des demandes de scansions d’’’Allah Akbar’’ en cette 26ème journée du mois sacré et veille de Laylat Al Qadr qu’il affirmait, pourtant, être fermée aux velléités des démons.
Mais la galerie fit vite de déchanter et de se rendre à l’évidence au fur et à mesure que le bonhomme, improvisé pour la circonstance en tribun populiste, débitait dans son brûlot des diatribes peu convaincantes et empreintes d’un diabolisme certain.
N’ayant point réussi à enflammer les gens de la bourgade, il faillit également dans son autre entreprise, à savoir celle d’aller chercher  le trésor promis (le droit lui en revenait à lui et à sa famille, disait-il) dans les profondeurs de la terre pour l’extraire. Mais au fur et à mesure du déroulement de son scénario, bien des maladresses vinrent entacher son plan  et tout bascula !
L’étau se refermait petit à petit sur lui et l’incrédulité monta en crescendo dans la foule qui fit vite de décrypter les tenants et aboutissants de la supercherie. L’instigateur  machiavélique tenta alors de s’échapper. En vain car il fut vite rattrapé. La fin est classique comme dans toute histoire qui se respecte, il a été arrêté par la Gendarmerie Royale qui mit fin, à ce stade, à la machination. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, la foule se dispersa et alla vaquer à ses besognes quotidiennes.
La chasse aux trésors est monnaie courante au Maroc et les faits divers dans la presse à ce propos sont légion dans notre pays. Ce que l’on retiendra d’histoires de ce genre dignes d'une production “bollywoodienne”, de par leur dimension rocambolesque, ce sera le caractère récurrent de leur dénouement.
A l’évidence, si ce hobby peut rapporter gros, il peut également conduire son ou ses auteurs à goûter à la douceur de la paille derrière les barreaux car la législation veille au grain, si l’on peut dire. C’est qu’un trésor trouvé dans le sous-sol est propriété de l'Etat. Pour celui qui en fait la découverte, il y a alors obligation de le déclarer aux autorités.  Pour forcer la main à la chance en traquant les trésors il faut donc, et avant tout, savoir flirter avec la loi. Vendre des rêves n’est pas rentable ici-bled car la cupidité, hélas, souvent l’emporte sur le geste noble d’une découverte d’un bien, dont l’histoire est bien plus précieuse que le côté matériel qui en découle.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :