Libération

Un crash suspect et des vérités incontestées

23/04/2018 Libé

L’armée algérienne forme la milice du Polisario au maniement des missiles antichars et sol-air avant de l’armer en «Kornet» et «Igla-S»

De plus en plus de preuves irréfutables apparaissent à propos de la mainmise de l’Algérie sur le Polisario et son implication dans le dossier du Sahara.
Des médias algériens viennent de mettre à jour des données qui confirment que les miliciens du Polisario morts dans le crash de l’avion de l’armée de l’air algérienne, ont subi une formation militaire en territoire algérien en prévision d’une éventuelle reprise des combats entre les FAR et le Polisario.
Ces données diffusées par le journal algérien en ligne « Algérie Times », citant des sources sûres et bien informées, confirment que le nombre de miliciens du Polisario morts dans ce crash était au moins le quintuple des 26 déclarés par les autorités algériennes, précisant qu’ils étaient en mission secrète pour s’entraîner à l’usage de missiles antichars « Kornet » et de missiles sol-air Igla-S portables que le département de défense algérien venait d’acquérir de son partenaire vénézuélien.  
Le journal algérien a confirmé que ce genre d’armes est très prisé par les organisations terroristes à travers le monde du fait de la facilité de son maniement et son transport. Ce qui permet son usage dans des opérations d’intervention rapides et d’affrontements inopinés.
Le journal, considéré comme un organe de l’opposition algérienne, a révélé que l’actuel président du FLN, Jamal Ould Abbass, fera l’objet de représailles, dans les jours qui viennent, de la part des généraux pour avoir divulgué l’information concernant la présence de miliciens du Polisario à bord de l’avion crashé.
Dans le même contexte, les Algériens continuent de nourrir des doutes sur la défaillance technique à l’origine du crash. C’est, du moins, ajoute le journal, ce qui ressort de la question écrite adressée par le parlementaire, Lakhdar Ben Khalaf,  président du groupe du parti de l’Union pour la renaissance, la justice et la construction, au ministre de la Défense Gaid Salah, au sujet de la multiplication de  crash d’avions militaires. Le parlementaire a exigé une enquête pour connaître les tenants et aboutissants du drame qu’il a considéré comme le pire de l’histoire d’Algérie. Le parlementaire a qualifié de dangereuse la série d’accidents d’avions militaires dont celui de Boufarik est le cinquième.
Ahmadou El-Katab


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :