Libération

Tout en réitérant le respect dû à la justice et à son indépendance

04/07/2018 H.T.

Le Groupe socialiste exprime sa solidarité avec les familles des détenus du Hirak

Le gouvernement est déterminé à aller de l’avant dans la mise en œuvre des dispositions du Plan d’action national en matière de démocratie et des droits de l’Homme (Le PANDDH) selon une approche participative, a souligné le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani en réponse à une question centrale s’y rapportant lors de la séance mensuelle à la Chambre des représentants consacrée à la politique générale tenue lundi sous la présidence de Habib El Malki, président de cette institution législative. 
Il a fait observer, dans ce sens, que le Royaume a réalisé des avancées qualitatives dans le domaine de protection des droits de l’Homme et l’élargissement du champ des libertés tels que garantis par les conventions internationales auxquelles la Constitution accorde, dès leur publication, la primauté par rapport aux législations nationales, tout en œuvrant à harmoniser ces législations avec les dispositions des conventions ratifiées.
Evoquant les étapes franchies dans la mise en œuvre de ce Plan d’action, depuis 2008 jusqu’à sa dernière mise à jour, suivant une approche participative, et sa présentation le 13 décembre 2017, il a souligné que l’opération d’actualisation de la mise en œuvre dudit Plan d’action a abouti à la révision des recommandations incluses dans la première version du projet et à l’augmentation du nombre de mesures qui concernent les différents droits et libertés pour atteindre 435 mesures.
S’exprimant à ce propos, au nom du Groupe socialiste, Amam Chokran a rappelé que le Maroc a franchi de grandes étapes en matière d’édification d’un Etat de droit et critiqué ceux qui ont établi un  lien entre le dossier des détenus du Hirak et ceux des années de plomb.
Répliquant à la réponse du chef du gouvernement concernant le Plan d’action national en matière des droits de l’Homme, le président du Groupe socialiste a exprimé sa solidarité avec les familles des détenus, en précisant que son Groupe respecte les jugements rendus par la justice et son indépendance, tout en souhaitant voir cette affaire prendre une nouvelle tournure en appel.
Il a également critiqué toutes les sorties qui sèment la zizanie et le doute et qui ne servent en fin de compte que les ennemis du Royaume.
Concernant la déclaration du chef du gouvernement en réponse à une question centrale à la Chambre des représentants sur le Plan national pour la promotion de l'emploi et selon laquelle son cabinet est déterminé à relever le défi de l'emploi par la mobilisation nationale des secteurs publics, des entreprises, de la société civile et de la jeunesse, Amina Talbi a affirmé que le Groupe socialiste est fortement conscient des efforts consentis par l’Exécutif pour régler plusieurs dossiers économiques et sociaux et qu’elle comprend le fait que celui-ci annonce des engagements globaux concernant un sujet d’une importance aussi cruciale que l’emploi.
Elle a également mis en relief une dichotomie incompréhensible dans les dates imparties à la gestion des politiques publiques fixée par le Plan national de la promotion de l’emploi à l’horizon 2021 et le temps stratégique que la Stratégie nationale de l’emploi a fixé à l’horizon 2025. Dans ce cadre, elle a proposé d’élaborer des plans qui s’inscrivent dans la longue durée qu’impose une vision stratégique de cette problématique. 
Amina Talbi a aussi relevé qu’il y a des seuils prévisionnels trop élevés à l’instar de celui concernant la création de 1.200.000 emplois sans prendre compte des contraintes liées au développement économique et à la faiblesse des initiatives visant à booster les investissements.
Concernant l’adéquation entre la formation, l’éducation et l’emploi, Amina Talbi a appelé à revoir les données sur lesquelles s’est basé le Plan national de l’emploi et à les adapter aux données et chiffres alarmants fournis par la récente étude du HCP sur l’adéquation formation/emploi.
La députée socialiste a, en outre, mis l’accent sur l’importance de promouvoir l’emploi sur le plan régional. Cela passe, selon elle, par l’encouragement des investissements, la création d’une dynamique économique et la réduction des disparités spatiales. Pour cette raison, elle a estimé nécessaire de placer la question de l’emploi au cœur du modèle de développement auquel S.M le Roi Mohammed VI a appelé à sa mise en place.
 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :