Libération
Rôle des compétences marocaines résidant à l'étranger dans le développement de l'économie nationale

Des manifestations organisées dans toutes les wilayas, préfectures et provinces à l’occasion de la Journée nationale du migrant

07/08/2018 C.C

Comme le veut la coutume, le 10 août sera une journée dédiée à près de 5 millions d’expatriés marocains dans le monde entier. En effet, chaque année, cette date est considérée comme la Journée nationale de la communauté marocaine résidant à l'étranger. Instaurée en 2003, par SM le Roi Mohammed VI, cette manifestation est placée cette année sous le thème : "Quels rôles pour les compétences marocaines à l'étranger dans le développement de l'économie nationale".
Le thème en question revêt une symbolique capitale. Car si les Marocains résidant à l’étranger occupent d’importants postes de responsabilité, et que le Royaume se dit être le troisième plus grand bénéficiaire dans le monde des transferts de la diaspora, notamment avec des investissements particulièrement ciblés, dans les secteurs de l’immobilier (41%) et dans une moindre mesure, les projets économiques productifs (14%), force est de constater que la situation est loin de répondre aux ambitions du Maroc, comme cela a été exprimé par le chef du gouvernement, le 1er août dernier, à l’occasion d’une allocution devant la Chambre des conseillers, en dépit de la croissance soutenue lors des deux dernières années soulignée par Saad Eddine El Othmani. Une ambition rendue d’autant plus possible vu les caractéristiques de la population marocaine du monde, laquelle représente 13% de la population du pays, et fait plus important, 70% d’entre elle ne dépassent pas les 45 ans. Soit une belle promesse d’avenir.
C’est donc, dans ce cadre qu’intervient la Journée nationale de la communauté marocaine résidant à l’étranger, avec pour principal objectif, d’explorer les rôles les plus importants que les Marocains du monde, en particulier les compétences, peuvent jouer pour contribuer à la dynamique de développement que connaît le Royaume, et les encourager à y contribuer en jouant pleinement leur rôle dans ce processus et dans la mise en œuvre des différents chantiers lancés par le pays.
Pour ce qui est des objectifs spécifiques poursuivis lors de cette journée organisée dans les wilayas et provinces du Royaume dans le but de permettre la participation effective et massive des MRE dans leurs régions respectives, il s’agira d’une part d’identifier les possibilités d’investissement et les opportunités offertes aux MRE dans leur pays d'origine, en particulier au niveau local, et d’autre part de mettre en évidence les politiques publiques et les programmes sectoriels visant à mobiliser les compétences, en particulier les jeunes.
Il sera également question de partager les expériences réussies et les bonnes pratiques dans le domaine de l'investissement et du transfert d'expertise et de technologie, au même titre que l’ouverture de canaux de communication entre les institutions économiques nationales et les compétences marocaines à l’étranger. Et ce n’est pas tout. Les participants tâcheront également d’identifier les défis auxquels sont confrontées les compétences marocaines à l'étranger qui veulent contribuer au développement de leur pays et réfléchir sur des solutions réalistes pour les surmonter, créer des réseaux et des forums qui rassemblent les talents marocains à l'étranger pour une communication facile et une mobilisation efficace et enfin permettre à cette catégorie de MRE de discuter de leurs préoccupations et aspirations.
Pour rappel, cette journée fait partie d’une multitude de manifestations lancée par le ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration qui a mis en place des programmes visant la mobilisation des compétences marocaines établies à l’étranger afin de bénéficier de leur expertise et savoir-faire, en l’occurrence la création de nombreux réseaux de compétences marocaines à l’étranger, des réseaux géographiques (Allemagne, Etats-Unis, Canada, Emirats arabes unis, France) ou des réseaux thématiques (avocats, médecins, aéronautique...).
Le tout est consolidé par la mise en place de la 13ème région des entrepreneurs marocains du monde (MeMby CGEM). Le ministère a lancé cette plateforme en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc en juillet 2017, pour assurer et faciliter la rencontre entre les entrepreneurs marocains du monde et les différents opérateurs économiques au Maroc et d'encourager les hommes d'affaires marocains vivant à l'étranger à investir dans leur pays d'origine ainsi que pour développer les échanges économiques entre le Royaume du Maroc et les pays de résidence de nos MRE.

Besoins et attentes des jeunes MRE

Le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration avait réalisé en 2016 une étude sur les besoins et les attentes des jeunes Marocains du monde.
Les résultats concernant la dimension relative à l’intégration dans les pays d’accueil, ont révélé que 23% sentent une discrimination à accéder au marché de l’emploi et 36% ont des difficultés à poursuivre leurs études. Par ailleurs, 63% d’entre eux ont un niveau scolaire moyen supérieur au baccalauréat et 80% déclarent être soit en formation (élèves ou étudiants) ou occupés (salariés ou libéraux). Sur un autre volet, 75% des jeunes MRE vivent dans le foyer familial et déclarent avoir besoin d’accéder à leur propre logement.
Les résultats relatifs à l’attachement identitaire au Maroc, ont démontré que les jeunes MRE expriment un fort attachement à leur mère patrie. Cela se manifeste par la maîtrise des langues nationales, la fréquence des visites au Maroc, l’investissement au Maroc et le retour définitif au pays. En effet, 68,8% de ces jeunes maîtrisent les langues nationales, trois-quarts d’entre eux visitent le Maroc au moins une fois par an et 75% de ces visites dépassent un séjour de 16 jours dans le pays. En termes de retour, 62% d’entre eux envisagent de retourner au Maroc pour l’investissement, 48% pour y occuper un poste et 50% pour y passer leur retraite. D’un autre côté, 85% des jeunes MRE préfèrent que leur conjoint soit marocain.
Enfin, sur le plan de la citoyenneté dans les pays d’accueil, l’enquête avait révélé que 75% des jeunes enquêtés se sentent appartenir à leur pays d’accueil et 57% s’identifient porteurs des deux cultures à la fois. Cependant, seulement moins de 10% des sondés appartiennent à un parti politique ou à une association et 38% participent aux élections.  

 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :