Libération
Rabat et Séoul conviennent de donner un nouvel élan à leur coopération

Visite du Premier ministre coréen à Rabat durant le deuxième semestre de 2018

24/05/2018

Le Maroc et la Corée du Sud ont convenu de renforcer leur dialogue, leurs instruments de partenariat et leurs consultations politiques régulières, tout en confirmant leur ambition de construire deux économies, marocaine et coréenne, compétitives et innovantes, engagées dans des relations équilibrées et se projetant de façon coopérative et ambitieuse vers l'Afrique.
Les deux pays ont également décidé, à l'issue de la visite officielle effectuée par le chef du gouvernement Saad Eddine El Otmani en République de Corée (21 et 22 mai), de poursuivre leur coordination au niveau des Nations Unies et au sein d'autres instances internationales, indique un communiqué du Département du chef du gouvernement.
A cette occasion, les deux parties se sont félicitées de la prochaine visite du Premier ministre de la République de Corée à Rabat Lee Nak-YON, prévue durant le deuxième semestre de l’année 2018, et de la programmation de la 7ème session de la Commission mixte à Séoul, durant le 4ème trimestre 2018.
Dans le domaine économique, le Maroc et la Corée du Sud ont marqué leur commune volonté de placer le partenariat bilatéral sous le signe de l’ouverture et de l’excellence en vue de le hisser, progressivement, au niveau d’un partenariat renforcé.
Sur ce registre, les deux parties ont noté que l’accord relatif au prêt du Fonds coréen de coopération pour le développement économique, qui sera signé ultérieurement, permettra au Maroc et à la Corée d’élever le niveau de leur coopération économique en matière d’investissement et de mieux saisir les opportunités qui s’offrent de part et d’autre, relevant qu'un Symposium sur l’offre du Royaume en matière d’investissements et des chantiers de réforme sera organisé au Maroc au deuxième semestre de l’année 2018.
Le Maroc et la Corée du Sud ont également convenu d’organiser à Séoul un Road Show, d’ici la fin de l’année 2018, sur l’offre touristique du Royaume, suivi d’une mission de prospection des tour-opérateurs coréens au Maroc.
Les deux pays se sont accordés aussi à favoriser l’établissement de partenariats dans le domaine de l’enseignement à distance et du e-learning ainsi qu’en matière de recherche scientifique, d’innovation et de transfert technologique.  
Ils se sont également félicités de l’ouverture prochaine du Centre KOPIA (Programme coréen pour l’agriculture) au sein de l’Institut national de recherche agronomique au Maroc pour la promotion de la technologie dans le domaine agricole et l’amélioration qualitative et quantitative de la production agricole.  
Les deux parties ont souligné en outre qu'elles partagent la même vision concernant le rehaussement du niveau du partenariat et de la coopération bilatérale à travers une plus grande implication de l’Agence coréenne de coopération internationale, la KOIKA, dans l’assistance technique et financière bilatérale ainsi que la coopération technique orientée vers la formation et la mise à niveau des secteurs productifs.
De même, le Maroc et la Corée du Sud ont décidé de développer une coopération renforcée dans certains domaines prioritaires ayant trait notamment à la compétitivité économique et l’économie digitale, à l’innovation, à la décentralisation et à la régionalisation et également à l’éducation et à la coopération universitaire et académique.
Conscients du potentiel de la coopération triangulaire et de la complémentarité de leurs politiques africaines, Rabat et Séoul ont, par ailleurs, convenu d’en augmenter le volume et d’élargir les domaines de coopération avec les pays africains partenaires.
Concernant le Sahara marocain, la Corée a réitéré son soutien aux efforts déployés dans le cadre des Nations unies pour parvenir à une solution politique à la question du Sahara. A cet effet, la République de Corée reconnaît également les efforts du Maroc pour trouver une solution au différend autour du Sahara marocain.
La République de Corée a également salué le retour du Maroc au sein de l’Union africaine, ainsi que la perspective de son adhésion à la CEDEAO, qui constituent, au regard de l’ambition du Royaume pour le continent, conformément aux Hautes orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, des étapes majeures dans la voie de l’intégration, de la stabilité et du développement de l’Afrique.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :