Libération

Quelle place pour la TPME dans le nouveau modèle de développement

30/11/2019 Libé

L’Ecole de management ESCA à Casablanca abritera, le 19 décembre prochain, le premier rendez-vous TPME sous le thème : «Quelle place pour la TPME dans le nouveau modèle de développement ?», à l’initiative du magazine Libre Entreprise.
L’initiative, organisée en partenariat avec la Caisse centrale de garantie (CCG), s’inscrit en droite ligne avec l'appel Royal à mener une réflexion sur un nouveau modèle de développement qui tient compte des spécificités marocaines. «Une attention particulière doit être portée aux petites et moyennes entreprises qui représentent 95% du tissu économique national», souligne le Souverain dans son discours à la nation à l’occasion du 19e anniversaire de son intronisation.
A ce titre, accompagner les TPME, premier maillon de la chaîne du progrès économique, devient une urgence dans un cadre de libéralisation du marché national qui devient de plus en plus attractif, mais fortement concurrentiel.
«Outre l’engagement des banques auprès des grandes entreprises en termes d’appui et de financement, Nous les incitons à s’acquitter de la mission prépondérante qui leur échoit en matière de développement. Pour cela, elles doivent notamment simplifier et faciliter les procédures d’accès au crédit, s’ouvrir davantage aux autos entrepreneurs, financer les petites et moyennes entreprises», insiste le Souverain dans son dernier discours.
La participation des TPME dans la création de la valeur ajoutée globale ne dépasse pas les 40%. Les PME représentent à peine 1% des entreprises exportatrices. Elles sont fragilisées par l’allongement des délais de paiement, la difficulté d’accès au financement et au foncier, la complexité d’attribution de marchés publics, la fragilité de la structure financière et managériale, le manque d’encadrement, de formation et de compétences. 
Mais pas seulement. Elles pâtissent également de la dominance de l’informel, l’influence du caractère familial et l’opacité du système d’information. Sans parler des problèmes liés au transport et logistique, poids des mesures fiscales et douanières, retard dans la transformation digitale, manque d’innovation, etc. Tous ces freins se traduisent le plus souvent par un manque de compétitivité et un taux d’échec élevé.
La rencontre rassemblera plus de 200 participants composés de pouvoirs publics, bailleurs de fonds, professionnels, chercheurs et universitaires, jeunes entrepreneurs…
Le thème choisi «Quelle place pour la TPME dans le nouveau modèle de développement?» sera traité  autour de deux panels, le premier portant sur «Etat des lieux et perspectives de développement de la TPME»  et le second sur «Sources et outils de financement». Ces panels seront animés par des intervenants dont Hicham Serghini, Hakim Marrakechi, Saloua Karkri Belkeziz et Youssef Baghdadi.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :