Libération

Pour la troisième année consécutive : Campagne de dépistage du Sida à Agadir

21/04/2009 Nour-Eddine Salouk

Pour la troisième année consécutive : Campagne de dépistage du Sida à Agadir
A l’instar des autres villes du Royaume, Agadir se prépare pour la 3ème année consécutive à lancer la Journée nationale de dépistage du VIH-Sida le samedi 25 avril prochain. Une dizaine de médecins volontaires de l’ALCS d’Agadir, épaulés par une cinquantaine de volontaires et une vingtaine d’intervenants sillonneront le Grand Agadir (Agadir, Inzegane et Chtouka Ait Baha) dans le cadre d’une campagne de communication et de sensibilisation. L’intérêt de cette action, nous déclarent les organisateurs, est de démystifier la maladie pour amener les gens à tolérer ouvertement le test. D’ailleurs la coordination à l’échelle nationale vise à donner à l’action un meilleur impact sur la majorité de la population. Le message à transmettre sera « la prévention avant tout » et la prévention commence par le dépistage dont la priorité reste le diagnostic précoce du VIH/Sida, ce qui permettra aux médecins d’orienter le porteur du virus vers les structures habilitées.
Prônant une approche de proximité, les membres de l’ALCS comptent intervenir dans les zones à population cible en matière de VIH/Sida réticentes au test. Au lancement de la Journée nationale de dépistage, un programme de communication incluant les médias et  une vingtaine d’associations locales de développement a été mis en place pour informer de l’importance de l’opération notamment auprès des populations rurales éloignées. A Agadir, les tests concerneront des lieux à fortes affluences comme la place Salam des taxis, Souk Al Had et le centre de dépistage d’Ihchach. L’unité mobile de l’ALCS se rendra à Chtouka Aït Baha dans les zones les plus reculées. A titre d’information, la section de l’Association à Agadir effectue de 1000 à 1200 tests par an, une moyenne qui peut atteindre les 4000 tests en cours de stratégie mobile en accompagnement des différentes manifestations socioculturelles et artistiques.
Selon la direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies / Programme national de lutte contre les IST, 2548 cas de sida (ces chiffres ne prennent pas en considération les cas déclarés dans les rangs des hommes en uniforme) de 1986 au 31/12/2007 avec 14% des cas déclarés en 2007. Entre 2001 et 2007 le mode de transmission hétérosexuel a progressé pour atteindre 87% contre 24% entre 1986 et 1990 ; 51% des cas sont répertoriés au niveau de trois régions : Souss-Massa-Drâa, Marrakech-Tensift-Al Haouz et le Grand Casablanca.
La région SMD détient le triste record des cas d’infection au VIH/sida avec 21% des cas (65% des cas ont été déclarés entre 2001 et 2007). Agadir, Inzegane, Chtouka Ait Baha et Taroudant (Oulad Taïma) sont en tête dans la région où le multi-partenariat est un facteur déterminant de risque au VIH/sida avec 75%.