Libération
Nouakchott tance sévèrement le Polisario

09/07/2018 Ahmadou El-Katab

Mohamed Salem Ould Salek injurie la Mauritanie avant d’être obligé de se rétracter

Mohamed Salem Ould Salek, pseudo-ministre des Affaires étrangères du Polisario a mis en péril les relations de son mouvement avec la Mauritanie, jusque-là considérée comme proche du Polisario, pour ne pas dire son unique soutien dans la région après l’Algérie. Sa bévue s’est produite lors d’un point de presse organisé après le 31ème Sommet de l’UA tenu à Nouakchott. 
Répondant à une question relative à la situation de Moustapha Salma Ould Sidi Mauloud qu’il a qualifié de traître, il l’a comparé à certains personnages que les Mauritaniens considèrent comme étant des symboles issus des trois anciens Emirats de Mauritanie, à savoir les Emirats de l’Adrar, du Trarza et du Tagant, respectivement Dey  Ould Sidi Baba, Fall Ould Oumeir et Horma Babana qu’il a qualifiés eux aussi de traîtres qui avaient voulu rattacher la Mauritanie au Maroc. 
Allant plus loin dans son jugement, il a déclaré que ces personnages ne sont pas les seuls traîtres que compte la Mauritanie, il a cité des organes de presse dont une chaîne de télévision qu’il a désignées comme étant à la solde du Maroc. Ces déclarations ont soulevé un tollé dans les rues de Nouakchott où certains manifestants ont qualifié la reconnaissance par la Mauritanie de la prétendue RASD d’erreur monumentale.
Et bien qu’Ould Salek ait présenté, officiellement ses excuses, cela n’a pas empêché le ministre des Affaires étrangères et l’ambassadeur directeur des Affaires africaines, de lui exprimer le mécontentement du président de la République, Mohamed Ould Abdelaziz  et du peuple mauritanien suite à  ses déclarations qu’ils ont considérées comme injurieuses et constituent une ingérence flagrante dans les affaires intérieures du pays, estimant que les personnalités accusées par lui sont des figures qui font partie de l’histoire de la Mauritanie.
S’exprimant jeudi après-midi, à l’occasion du point de presse consacré aux commentaires des résultats de la réunion hebdomadaire du gouvernement, Mohamed Lemine ould Cheikh, ministre de la Culture, de l’Artisanat et porte-parole du gouvernement, a, dans ce cadre, rappelé que «seuls les Mauritaniens sont habilités à évaluer les actes des personnalités politiques ayant marqué l’histoire du pays. Les déclarations de ce responsable du Polisario ont fait l’objet d’un large rejet de la part de l’opinion nationale, qui considère qu’elles sont injustifiées et diffamatoires, portant ainsi un énorme préjudice à des personnalités respectables et à leurs descendants »
 


Commentaires (2)
1. Mohammed le 08/07/2018 16:56
Une supercherie sans non que cette milice à deux balles ne peut atteindre le Royaume.
Qui est derrière cette création.
Son nom est Youri Andropov et il est le tout puissant directeur du KGB, et futur dirigeant de l’Union Soviétique.
Le Maître espion Russe conseille à Merbah de proclamer sans attendre une république, afin de « placer » le Front Polisario. En miroir, Andropov veut récupérer les quelques 3000 sahraouis démobilisés par l’Espagne, qui considèrent que le Maroc leur a retiré leur gagne-pain.
Et c’est ainsi que le 25 Février 1976, un décorateur de plateau de la société nationale russe « Mosfilm », Grigori Andriovitch, est dépêché au Sahara afin de préparer la scénographie d’une déclaration d’indépendance. Problème : le jeune Front Polisario n’a pas assez de membres alphabétisés pour constituer un exécutif crédible.
Peu importe, l’exécutif comptera 9 membres, le « Politburo » 21, et les « comités de base des peuples » 19 « élus ».
Ce déséquilibre a une raison simple : le Front Polisario compte près de 600 membres.
Andropov et Merbah doivent donc de toute urgence trouver une « réserve de croissance » au Front. Andropov pense immédiatement aux 3000 hommes démobilisés par l’Espagne, et y ajoute quelques recrutements forcés de mauritaniens se situant à la lisière de la frontière avec l’Algérie.
Là, le décor est planté, Grigori, le décorateur de plateau de « Mosfilm » a l’impression de se trouver sur un plateau de « Lawrence d’Arabie ». Il conseille aux membres du Front de prendre un air grave. Alors que El Ouali Mustapha Sayed a commencé son allocution, le scénographe l’interrompt, il vient de se rendre compte que rien n’a été prévu pour saluer la « déclaration d’indépendance ». Il suggère que des armes soient distribuées et des coups de feu tirés en l’air.
Après une heure de tergiversations, les hommes de Kasdi Merbah, qui encadrent l’opération, distribuent quelques kalachnikovs et des balles à blanc.
El Ouali Mustapha Sayed peut recommencer sa lecture, qui sera à nouveau interrompue par le Russe qui se rend compte que le secrétaire général du Front ne porte pas de chaussures, un peu léger tout de même pour tout révolutionnaire qui se respecte.
Voilà, l’histoire peut prendre son envol, l’ « escroquerie du siècle », théorisée par un Cubain, mise en place par l’Algérie, et soutenue par le KGB peut démarrer…
2. ould hassan le 08/07/2018 21:46
On va tenté de comprendre qui est le véritable sahraoui du faux.
Les ethnies et tribus composantes le Sahara au Maroc.
La famille possédant un troupeau formait la base de la société traditionnelle[17]. Les liens de parenté ou de clientèles entre familles composent des tribus aux relations plus ou moins importantes. Ces tribus se reconnaissent souvent un ancêtre commun fondateur et prestigieux en relation avec la religion : saint, marabout, descendant du prophète (chérif)... Bien qu'elle soit atténuée aujourd'hui, l'appartenance à une tribu est encore importante ou évidente pour la plupart des Sahraouis.

On distingue au sein des populations du Sahara occidental trois grands groupes tribaux : les Reguibat(Les Reguibat sont un groupement tribal arabophone d'origine berbère sanhadja], établi à cheval entre l'est du Sahara marocain), le sud du Maroc, le nord de la Mauritanie et l’extrême sud-ouest de l'Algérie (région de Tindouf). et les Tekna, d'origine sanhajienne,Les Tekna (arabe : تاكنة) sont une confédération tribale d'origine sanhajienne vivant au sud du Maroc et au nord du territoire du Sahara occidental. Ils se divisent en deux groupes: les Aït Djemel à l'ouest et les Aït Atman à l'est et les Ouled Delim, d'origine arabe maqilienne. À ces trois grands groupes s'ajoutent deux tribus sanhajiennes d'importance moyenne, les Ouled Tidrarin et les Laarousyin, ainsi que la confédération maraboutique des Ahl Ma El Aïnin, axée autour des disciples et des descendants du Cheikh Ma El Aïnin. Les différentes tribus sont elles-mêmes composées d'un nombre variable de fractions.

Le territoire compte également plusieurs tribus numériquement beaucoup moins importantes tel les Ouled Bou Sbaa, Imraguens, Filalas, Tadjakant, Chekarna, Taoubbalt, Lemyar, Chenagla et Mejjat, dont certaines constituent des « tribus satellites » gravitant autour d'autres tribus plus importantes, tel les Mejjat, Aït Hassin, Fouikat, Chenagla et Lemyar qui gravitent autour des Tekna de l'ouest, ou les Aït Noss autour des Tekna de l'est.
Les sahraouis sont majoritairement berbères et non le contraire .Cela me fait doucement rire quand on ose encore parler de pseudo séparatistes souhaitant créés une république (arabe) dans une région a majoritairement berbère et de surcroît se disant colonisé ,(mais d ou viennent les arabes?
Le Maghreb est majoritairement berbère , de même que Tindouf.
Nouveau commentaire :