Nasser Bourita : Le Maroc et l'Afrique du Sud appelés à renforcer leur coopération dans l'intérêt du continent

14/09/2021

I l est désormais plus important pour le Maroc et l'Afrique du Sud de travailler ensemble pour multiplier, réciproquement, les opportunités de mieux comprendre les réalités politiques, économiques et géopolitiques de l'autre, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. «Je crois fermement que le renforcement des liens entre l'Afrique du Sud et le Maroc sera dans l'intérêt du continent», a déclaré M. Bourita dans un entretien exclusif accordé à "The Star", l'un des plus grands journaux sud-africains. Il a indiqué que le Maroc est convaincu que travailler ensemble, de manière saine et équilibrée, renforcera l'Afrique sur la scène internationale, notant que «le Royaume a appelé à une solidarité, une coopération et une coordination plus efficaces en Afrique, afin de permettre à notre continent d'être plus résilient et mieux préparé aux contingences et aux urgences». «Nous continuons à travailler pour des relations plus solides avec Pretoria (...). L'Afrique du Sud et le Maroc sont tous deux reconnus comme des acteurs majeurs sur le continent et au-delà et ils ont tout intérêt à mieux exploiter l'énorme potentiel qu'ils recèlent», a affirmé M. Bourita dans cet entretien publié lundi par The Star sous le titre «Le ministre marocain des Affaires étrangères tend la main à Pretoria pour la coopération et la fraternité». Il a expliqué qu’au regard du fait que le Maroc et l'Afrique du Sud sont les plus gros investisseurs du continent et dans leurs régions respectives, ils sont alors appelés à jouer un rôle majeur dans le processus d'intégration africaine. «Le Maroc et l'Afrique du Sud font partie des très rares pays africains qui disposent actuellement des outils et du savoir-faire pour répondre efficacement aux besoins du continent africain en vaccins et équipements médicaux contre la Covid-19», fait-il remarquer. Relevant que les deux pays partagent une histoire commune, The Star rappelle que «le Royaume du Maroc était parmi les plus fervents partisans du Congrès national africain (ANC) et parmi les premiers pays africains à apporter son soutien» à l’Afrique du Sud. Dans ce contexte, le chef de la diplomatie marocaine a rappelé que «Nelson Mandela et des combattants de la liberté sud-africains s'entraînaient dans l'est du Maroc, entre les villes d'Oujda et de Berkane». «L'existence de divergences d'opinion est une chose saine, mais l'attitude de nos frères de Pretoria sur la question du Sahara marocain a malheureusement trop souvent dépassé la divergence d'opinion et a été dans l'adversité», a-t-il souligné. Et d’ajouter que «le Maroc a toujours été ouvert au dialogue, tant qu'il s'inscrit dans le cadre du respect mutuel et d'une volonté sincère d'assainir les relations et de les porter à leur plein potentiel». Interpellé sur la question du Sahara marocain, M. Bourita a fait observer que depuis 2007, toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, dont la dernière en date, la résolution 2548, ont soutenu l'approche marocaine en soulignant la prééminence de l'Initiative marocaine d'autonomie pour la région du Sahara, son sérieux et sa crédibilité. «L’Initiative d'autonomie sous souveraineté marocaine est la seule et unique voie vers une solution définitive à ce différend régional», soutient-il. Le ministre a, à ce propos, indiqué qu’il faut également être conscient des réalités sur le terrain, notamment du nombre croissant de pays qui reconnaissent la pleine souveraineté du Royaume sur son Sahara. Chiffres à l’appui, il a expliqué que «cinquante pays de tous les continents ont exprimé leur soutien sans équivoque à l'Initiative marocaine pour l'autonomie au Sahara. Vingt-cinq pays d'Afrique, d'Asie et des Amériques ont ouvert des consulats généraux dans les deux principales villes du Sahara marocain, Laâyoune et Dakhla».

Le retour du Maroc à l'UA lui a permis de consolider ses liens avec les pays africains
Bien avant le retour du Royaume du Maroc à l'Union africaine (UA), les liens n'ont jamais été rompus avec les pays africains, mais ils se sont renforcés d'une manière sans précédent, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. «Le retour du Maroc à l'UA ne lui a permis que de conforter son engagement envers l’Afrique et de le traduire au niveau multilatéral (…), sachant que durant cette période, le Maroc a signé près de 1.000 accords de coopération avec les pays africains», a déclaré M. Bourita dans un entretien exclusif publié lundi par "The Star", l'un des plus grands journaux sud-africains. Il a souligné que depuis ce retour, le Maroc a contribué de manière décisive à toutes les questions inscrites à l'ordre du jour de l'UA et a pris une part très active dans le processus crucial de réforme de l'UA. Le chef de la diplomatie marocaine a rappelé, à cet égard, que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a été désigné comme chef de file de la question des migrations. Sa Majesté le Roi avait présenté un agenda africain pour les migrations, qui a été adopté par l'UA, sachant que la capitale Rabat abrite désormais l'Observatoire africain des migrations, qui est une mise en œuvre directe du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui a été adopté au Maroc, a-t-il soutenu. Sur une question concernant la vision du Maroc pour le continent et ses espoirs postCovid-19, M. Bourita a fait observer que l'Afrique a une population jeune qui devrait doubler d'ici 2050 et qu’elle dispose d'un potentiel d'énergie, de dynamisme et d'innovation sans précédent, autant d’atouts qui sont les moteurs nécessaires de la reprise économique post-Covid-19. Dans le contexte de Covid-19, le Maroc a pris d’importantes initiatives en matière d'aide humanitaire et d'assistance aux États africains, a-t-il déclaré, citant particulièrement l'initiative du Maroc d'aider 25 pays frères africains dans leurs efforts nationaux de lutte contre la pandémie et la production imminente d'un vaccin Covid-19 par le Royaume, confirmant une fois de plus l'engagement du Maroc pour une Afrique unie, forte et résiliente. Au sujet de la stratégie de l'Afrique pour mettre fin aux conflits armés sur le continent, le ministre a souligné qu'un grand nombre de conflits en Afrique sont, d'une manière ou d'une autre, liés aux mêmes facteurs sous-jacents, tous liés aux problèmes de développement et aux difficultés économiques. «La stratégie actuelle est un pas dans la bonne direction, mais elle doit être liée à d'autres initiatives qui, comme indiqué précédemment, doivent se concentrer sur l'offre de meilleurs moyens de subsistance et de meilleures conditions pour que les populations locales s'épanouissent et transcendent les situations à partir desquelles des conflits peuvent survenir», a-t-il expliqué. Il a de même soutenu que dans son effort pour la résolution des conflits sur le continent, le Maroc cherche à réconcilier les différentes parties à un conflit et à éviter les armes aussi rapidement et de manière convaincante que possible. «Sans dialogue, une paix durable ne peut être atteinte», estime-t-il.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :






LIBÉRATION
Adresse: 33, Rue Amir Abdelkader.
Casablanca 05-Maroc.
Tél.: 0522 61 94 00/04. Fax: 0522 62 09 72