Libération
Les doléances des MRE au centre d'une rencontre à Taounate

14/08/2018

Une rencontre a été organisée, récemment à Taounate, pour examiner les doléances exprimées par les Marocains résidant à l’étranger issus de la province, et ce dans le cadre de la célébration de la Journée nationale du migrant. Intervenant à cette occasion, le gouverneur de la province, Hassan Belhadfa, a souligné que les doléances soumises par les membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger aux différents services au niveau de Taounate sont "très limitées et prises en charge".
Après avoir mis l’accent sur les mesures prises au niveau de la province pour accueillir les ressortissants marocains de l'étranger dans de bonnes conditions, notamment la création de cellules d’accueil et d’orientation, M. Belhadfa a souligné l’importance des opportunités d’investissement offertes par la province surtout dans les domaines de l’agriculture, l’artisanat, du tourisme rural, des services et du commerce.
Cette rencontre a été également l’occasion pour le gouverneur de la province de mettre en valeur la dynamique de développement que connaît la région, en s’attardant sur la mise en œuvre du plan de réforme des centres d’investissement, qui avait été ordonnée par S.M le Roi Mohammed VI et qui est susceptible de stimuler l’investissement et l’emploi.
La Journée nationale du migrant est célébrée le 10 août de chaque année, conformément à la Haute sollicitude dont S.M le Roi Mohammed VI entoure les membres de la communauté marocaine résidant à l'étranger.

Immigration
Deux immigrés marocains figurent parmi les victimes d'un accident de la circulation, survenu lundi dernier dans la ville de Foggia, au sud de l'Italie, ayant provoqué la mort de 12 employés agricoles de différentes nationalités africaines, a indiqué une source diplomatique marocaine. Il s'agit d'un Marocain, âgé de 39 ans, qui conduisait le véhicule transportant les employés, et d'un autre âgé de 41 ans, précise la même source.
Pour ce qui est du retard d'identification des corps, le parquet au tribunal de Foggia a expliqué que la non détention par les victimes de pièces d'identité a compliqué la tâche des éléments de police qui n'y sont parvenus qu'après recours aux empreintes digitales. Figurent également parmi les victimes, trois Ghanéens, deux Maliens, deux Nigérians, deux Gambiens et un Guinéen


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :