Les bonnes incitations pour l'accès mondial aux vaccins

23/05/2021

La pandémie de COVID-19 continue de révéler des inégalités infrastructurelles sous-jacentes choquantes dans le monde. Alors que les EtatsUnis déploient rapidement des vaccins même pour les enfants , des pays comme l'Inde subissent chaque jour un nombre dévastateur de décès. L'Inde a récemment signalé plus de 340000 cas quotidiens de coronavirus - près de la moitié du total mondial - et le pays n'a apparemment pas de fin à sa crise en vue.

En réponse à l'intensification de la pression politique pour réduire les souffrances des pays à faible revenu, l'administration du président américain Joe Biden soutient désormais une renonciation aux droits de propriété intellectuelle (PI) pour les vaccins COVID-19 tant que la pandémie dure. Cette évolution a suscité deux réponses concurrentes. Certains commentateurs considèrent la nouvelle position américaine comme un changement de paradigme dans la position américaine qui affectera la protection de la propriété intellectuelle. Mais d'autres prédisent que la nouvelle position de Biden n'aura aucun impact sur l'accès aux vaccins. Les deux positions ne parviennent pas à saisir la vue d'ensemble. Premièrement, la protection de la propriété intellectuelle se poursuivra, y compris pour les vaccins COVID-19 dans les pays riches où les entreprises pharmaceutiques réalisent d'énormes profits. Deuxièmement, avec une volonté politique, la menace d'une dérogation peut aider à modifier les incitations des sociétés détentrices de brevets et à catalyser la production de masse de vaccins COVID-19 pour les pays à revenu faible et intermédiaire. L'argument selon lequel la politique de Biden est vouée à, ou devrait échouer, est donc inutile pour la diplomatie américaine et la coopération mondiale pendant la pandémie.

L'effort pour parvenir à une vaccination mondiale se heurte à d'énormes problèmes d'incitation. Les sociétés pharmaceutiques privées responsables envers les actionnaires cherchent à maximiser leurs profits. Plus la pandémie dure longtemps, plus il est probable que les nouvelles variantes de coronavirus nécessiteront d'ajuster et de distribuer de nouveaux vaccins, et donc plus ces entreprises en profiteront.

Pendant ce temps, les gouvernements des paysriches sont confrontés à des incitations contradictoires à court et à long termes. A court terme, la politique intérieure encourage le nationalisme des vaccins, conduisant les gouvernements à conclure des contrats pour un approvisionnement exclusif en vaccins. Le gouvernement américain, par exemple, a imposé une interdiction de facto des exportations de vaccins par le biais de ses accords avec des entreprises privées. Mais comme les virus ne connaissent pas de frontières, ces gouvernements sont confrontés à la menace à plus long terme de nouvelles variantes importées contre lesquelles les vaccins actuels peuvent être inefficaces. Ces agents pathogènes poseraient un risque évident pour la vie et la santé des citoyens, ainsi que pour le bien-être économique des pays.

En parallèle, il existe une rivalité stratégique croissante entre les Etats-Unis et la Chine pour le contrôle des hauteurs dominantes de la production biotechnologique. La recherche pharmaceutique et les fabricants d'Amérique (PhRMA), un groupe commercial, joue de cette peur pour exiger le contrôle de ses secrets commerciaux. Et les secrets commerciaux, et non les droits de brevet sur les vaccins COVID19,sont clairement le principal obstacle pour assurer un accès plus large aux vaccins COVID-19 (en particulier les vaccins à ARNm).

Techniquement, ces secrets commerciaux ne sont pas un droit de propriété intellectuelle, mais sont plutôt protégés par le droit de la «concurrence déloyale». La question est de savoir comment contraindre les sociétés pharmaceutiques à divulguer leurs secrets commerciaux à d'autres fabricants pour produire les vaccins,sous réserve d'un accord de non-divulgation et d'une compensation sur la base du coût ou du coût majoré.

En termes simples, les incitations des sociétés détentrices de brevets doivent changer. Par rapport à une dérogation à la propriété intellectuelle, il est dans l'intérêt de ces entreprises de signer des contrats avec des fabricants soumis à des accords de non-divulgation, permettant ainsi la production en masse de vaccins pour les pays à revenu faible ou intermédiaire.

La menace d'une dérogation peut donc encourager et contraindre les sociétés pharmaceutiques à conclure de tels arrangements. Les pays riches peuvent renforcer ces incitations en mettant en commun leurs ressources, notamment par le biais de l'installation COVID-19 Vaccine Global Access (COVAX). Après tout, ils ont un énorme avantage sur les économies plus pauvres qui sont aux prises avec une pauvreté endémique et un pouvoir de négociation inégal. Pour parvenir à un accord, une masse critique de pays riches - ainsi que d'autres producteurs de vaccins, dont la Chine et la Russie - devraient accepter de ne bénéficier d'aucune dérogation, y compris de tout accord de compensation. Les sociétés pharmaceutiques pourraient alors continuer à profiter comme avant. Et tous les pays - du Nord comme du Sud - bénéficieraient, y compris de la réduction des risques posés par les nouvelles variantes de virus. Néanmoins, les négociations de dérogation à l’Organisation mondiale du commerce risquent de devenir symboliques et de détourner ainsi l’attention des mesures nécessaires.

La menace d'une dérogation à la propriété intellectuelle doit être réelle pour persuader les entreprises de s'engager volontairement pour la production mondiale de masse de vaccins. Parallèlement, un nombre suffisant de pays en développement pourraient délivrer, ou menacer de délivrer, des licences obligatoires - avec le soutien des Etats-Unis, de l'Union européenne et d'autres pays du Nord global - pour renforcer leur pouvoir de négociation.

Il ne s’agit pas d’un changement révolutionnaire, car la protection des droits de propriété intellectuelle a toujours été soumise à des exigences de santé publique. Mais, comme la principale difficulté réside dans les secrets commerciaux et non dans les brevets, l'Accord de l'OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) n'est pas le problème principal.

Même sans cela, les sociétés pharmaceutiques ne seraient toujours pas incitées à divulguer leurs secrets commerciaux. Paradoxalement, l'Accord sur les ADPIC pourrait maintenant offrir un avantage potentiel en permettant aux pays d'utiliser la menace de dérogation pour encourager les entreprises à conclure les contrats nécessaires. L'administration Biden doit agir dans ce sens. Plus de 3,4 millions de personnes sont maintenant mortes du COVID-19, et des millions de vies supplémentaires pourraient être perdues alors que de nouvelles variantes du virus menacent de prolonger la pandémie. Une action réfléchie et immédiate sur les vaccins est nécessaire comme une question d’urgence morale et pratique. Pour l'administration Biden, cela signifie prendre des mesures maintenant pour modifier les incitations de l'industrie pharmaceutique.

Par Michele Goodwin et Gregory Shaffer
Michele Goodwin est professeur à l'Université de Californie à Irvine et directrice du Center for Biotechnology and Global Health Policy. Gregory Shaffer est professeur à l'Université de Californie à Irvine et auteur de Emerging Powers and the World Trading System: The Past and Future of International Economic Law (Cambridge University Press, 2021).


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :





LIBÉRATION
Adresse: 33, Rue Amir Abdelkader.
Casablanca 05-Maroc.
Tél.: 0522 61 94 00/04. Fax: 0522 62 09 72