Libération
Le Réseau Euromed des ONG décline son plan d’action

03/07/2018 Libé

Le secrétariat du Réseau Euromed des ONG Maroc a tenu récemment à Mohammedia une réunion ordinaire pour établir le bilan de ses réalisations sur les plans national, euro-méditerranéen et international depuis sa création à aujourd’hui, ainsi que ses contributions notamment le suivi de la Politique européenne de voisinage (PEV) concernant les axes : droits humains, jeunesse, migration, droits socioéconomiques, culturels et environnementaux, selon un communiqué de presse.
Lors de cette réunion, les discussions ont porté également sur « l’accroissement des mouvements sociaux de protestation et de revendication pacifiques et leur exacerbation suite à la régression des droits socioéconomiques (santé, éducation enseignement, emploi et travail), et au recours des autorités à l’usage excessif de la force, aux arrestations abusives et aux procès ne respectant pas toujours les conditions du jugement équitable. Ce qui va à l’encontre des dispositions de la Constitution marocaine et de la finalité de l’appui de l’UE dans le cadre de la PEV et du Statut avancé ».
Par ailleurs, le secrétariat a souligné les efforts louables entrepris par le Réseau Euromed des ONG Maroc à travers les actions de plaidoyer dans les différents domaines de son intervention, tels que les droits humains, la migration, la santé, l’enseignement-éducation et l’environnement.
En ce sens, le secrétariat du Réseau Euromed des ONG Maroc a appelé le gouvernement à libérer les acteurs de la société civile et les journalistes en détention suite à leur participation et soutien du mouvement protestataire social dans les régions du Rif, Jérada, Zagora et Ouarzazate et à apporter les solutions au boycott de certains produits en vue d’améliorer le pouvoir d’achat des citoyennes et citoyens.
Il a également appelé à « mettre en œuvre une approche des droits humains, inclusive et de développement pour mettre fin aux drames humains de la migration dans les pays émetteurs et d’accueil, de par la promulgation de la loi sur la migration et les demandes d’asile,  annoncée par les pouvoirs publics marocains depuis 2013, ainsi que la mise en conformité de l’arsenal juridique dans le cadre de la coopération bilatérale et avec la participation des organisations de la société civile aux niveaux régional et international pour la protection des statuts individuels et des données personnelles des citoyennes et citoyens en général, et des détenus européens et marocains dans les établissements pénitentiaires du Maroc et de l’UE ».
Le communiqué a souligné qu’en vue de l’accompagnement des mesures et des initiatives et engagements pris par le Maroc et l’UE, le secrétariat œuvre à assurer le suivi et l’évaluation des programmes d’action communs entre le Maroc et l’UE  dans le cadre de la PEV dans les axes, démocratie, droits humains, droits des immigrés et refugiés, droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux, question des femmes et des jeunes, droits des personnes en situation de handicap, et impacts des changements climatiques, à poursuivre le développement des différents axes abordés par le Réseau, et notamment les accords de libre-échange en relation avec la migration à l’issue du Congrès mondial de la migration (et de développement) prévu au mois de novembre 2018 à Marrakech et à participer à la consolidation de la coopération entre les  Parlements de l’UE et du Maroc en tenant compte de l’approche des droits humains dans la discussion des dossiers d’intérêt et de préoccupations communs entérinés lors de la 9ème réunion de la Commission parlementaire mixte tenue à Bruxelles le 21 juin 2018 inscrite dans le cadre du partenariat entre les deux parties.
Il convient de rappeler que le secrétariat a annoncé son intention de prendre part au Forum mondial de la migration et du développement (FMMD) et à l’Action globale des peuples et la Conférence mondiale sur la migration qui se tiendra à  Marrakech en décembre prochain.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :