Libération

Le Polisario cherche à renflouer ses caisses en se livrant au trafic de drogue

Les forces de sécurité dans la zone Sud sur le qui-vive

30/05/2019 Ahmadou El-Katab

La situation intérieure de l’Algérie minée par le soulèvement populaire qui réclame depuis le 22 février un changement du régime assèche les caisses du Polisario.
Ce n’est pas une situation qui arrange les chefs du mouvement habitués à un train de vie où les dépenses couvertes par le régime algérien n’avaient pas de limite permettant de fermer les yeux sur les dépassements faits par ceux qui se font appeler les séparatistes de l’intérieur au nom des droits de l’Homme.
Pour combler ce déficit qui impacte lourdement le budget du Polisario et pour semer le trouble dans les provinces marocaines du Sud, les dirigeants du Polisario ordonnent à leurs pions de l’intérieur de multiplier les opérations de trafic en tout genre notamment  de drogue.
Les stratèges du Polisario tentent ainsi de voiler les multiples revers essuyés ces derniers temps dans le dossier du Sahara qui vont en s’aggravant en raison de la focalisation des dirigeants algériens sur la situation interne minée par le soulèvement populaire qui réclame, depuis le 22 février, un changement du régime.
Mais plus important encore, à travers ces trafics, ils cherchent à renflouer leurs caisses. Ainsi pour détourner l’attention des trafics de stupéfiants, ordre a été donné aux pions de bloquer le trafic routier au niveau du poste frontalier Guergarate reliant le Sud marocain à la Mauritanie, au moment où les convoyeurs de stupéfiants multipliaient leurs opérations. Mais c’était compter sans la vigilance de la gendarmerie et la marine Royales marocaines qui ont mené la semaine dernière, à trois jours d’intervalle, deux opérations qui ont conduit à l’arrestation de plusieurs narcotrafiquants dont certains travaillent pour le compte du Polisario dans la zone d’Aïn El Bida, à une centaine de kilomètres au Sud de la ville de Dakhla, à mi-chemin avec le Nord de la Mauritanie.
La gendarmerie Royale a ainsi intercepté deux individus à bord d’un véhicule tout-terrain de marque japonaise, arborant une fausse plaque minéralogique qui transportait une tonne et demie de chira (résine de cannabis) selon des sources bien informées.
Les occupants de  ce véhicule, deux jeunes, étaient en possession d’une arme à feu de type Kalachnikov et de deux chargeurs avec munitions.
Les mêmes sources rapportent que de son côté, la marine Royale  a neutralisé, le 16 mai dernier, une pirogue de pêche quittant les côtes de Dakhla et se dirigeant vers l’extrême Sud du Royaume avec à bord une cargaison de 100 kg de chira et 600 litres de carburant.
Les forces de sécurité marocaines dans la zone Sud, sont actuellement sur le qui-vive face aux nombreux mouvements  de groupes mafieux qui tentent en coordination avec les chefs du Polisario, de transformer la région en une plaque tournante du narcotrafic international.


Commentaires (2)
1. Oujdi le 30/05/2019 22:24
Les traitres ils ont vendus leurs àmes et leurs parents a l''ordre de leurs maitres et mafias Harkis tout simplement pour l''argent
2. Amin le 30/05/2019 22:34
Il y''a que la fermeté et avec force qui compte avec les traitres et leurs places dans les prisons pour rendre des comptes de leurs trahisons
Nouveau commentaire :