Libération

La stratégie marocaine en matière de professionnalisation des clubs de football et de formation des joueurs exposée à Paris

Le Maroc est le premier pays en Afrique en termes d’investissement dans le sport

13/06/2019

La stratégie engagée depuis plusieurs années par le Maroc en matière de professionnalisation des clubs de football, de formation des joueurs et des entraîneurs et de modernisation des infrastructures sportives a été exposée, mardi à Paris, à l'occasion des Rencontres économiques de l’Institut du monde arabe (IMA) placées sous le thème : «Le marché du sport dans le monde arabe».
Intervenant au nom du président de la Fédération Royale marocaine de football (FRMF), Fouazi Lekjaa, lors d’une table ronde sur le thème : «Une économie en pleine expansion face aux nouveaux défis», Abdelaziz Talbi, membre du comité directeur de Fédération, a insisté sur le rôle primordial qui incombe aux clubs de football en tant que cellules de base pour toute professionnalisation de cette discipline sportive.
Pour M. Talbi, qui est président de la Commission centrale de contrôle et de gestion de la FRMF, le premier levier sur lequel il faut agir a trait à la gouvernance, la transparence et la reddition des comptes au niveau des clubs professionnels, à qui il faut conférer un statut juridique qui leur permet d’être en meilleure norme.
Un processus de passage du statut d’associations à celui de sociétés anonymes doit être engagé, ce qui est actuellement en cours au Maroc, a-t-il affirmé.
S’agissant de la formation, autre vecteur de développement du football national, le responsable fédéral a indiqué que c’est là l’un des chantiers prioritaires sur lequel travaille la FRMF à travers une stratégie mise en œuvre depuis 2014. Cette stratégie, a-t-il souligné, consiste à doter les clubs de formateurs, qui sont pris en charge totalement par la Fédération.
C’est ainsi que les 11 Ligues régionales de football que compte le pays ont été dotées, chacune, de deux formateurs, a-t-il dit en précisant que ce processus a fait l’objet d’un audit de la part d’un cabinet international de renom, qui en a validé la performance.
Pour ce qui est des infrastructures, M. Talbi a fait savoir que le Maroc est le premier pays en Afrique en termes d’investissements dans le sport, comme en témoigne une publication de Business France, l’agence chargée de l’internationalisation de l’économie française.
Selon cette même publication distribuée à l’occasion de ces rencontres, en 2018, un budget de 229 millions d’euros a été alloué au secteur du sport dans le Royaume.
«L’Etat marocain a bâti de nombreux projets d’investissement en faveur de la modernisation de l’écosystème sportif. Ainsi la filière du football a fait l’objet d’une mise à niveau d’infrastructures sportives (2017-2021) avec, entre autres, l’aménagement et l’équipement de 107 terrains en gazon synthétique aux normes internationales», relève la publication.
Selon M. Talbi, l’idée n’est pas de construire uniquement de grands stades pour la candidature du Maroc à l’organisation d’une Coupe du monde de football mais également des terrains de proximité dans les petites et moyennes villes et aussi dans les quartiers pour que la pratique de ce sport profite à toutes les couches de la société.
Plusieurs autres intervenants venant notamment de Tunisie, d’Algérie, de France ainsi que des représentants d’institutions intervenantes en matière de football, ont également pris la parole pour passer en revue les nouveaux défis que pose l’évolution de cette discipline sportive dans le monde arabe.
Ils ont ainsi exposé leurs expériences et échangé sur les bonnes pratiques adoptées dans leurs pays respectifs pour mieux répondre aux attentes de nouveaux publics de plus en plus exigeants.
Deux autres tables rondes sur «Le monde arabe, nouvel acteur sur la scène du sport international» et «Le sport, nouveau tremplin vers le développement durable», figuraient également au programme de ces rencontres économiques, ouvertes par la ministre française du Sport, Roxana Maracineanu, et le président de l’IMA, Jack Lang.
Elles ont notamment permis à l’assistance, venue nombreuse, d’explorer les enjeux et opportunités liés au marché du football dans le monde arabe et en France.
Infrastructures, innovation, droits médias, développement durable… autant de sujets d’actualité qui ont été passés au crible lors de cette journée organisée à l’approche de grands événements sportifs internationaux comme la CAN, les Mondiaux de handball en Egypte, les Jeux méditerranéens à Oran ou encore la Coupe du monde de football au Qatar.
Elles coïncident aussi avec la tenue au siège de l’IMA de l’exposition-événement «Foot et monde arabe, la révolution du ballon rond».
Cette exposition met notamment à l’honneur la légende du football marocain, feu Haj Larbi Benbarek, qui illustrait l’esthétisme, l’élégance et la technique dans le football, comme l’a souligné récemment Jack Lang dans un entretien à la MAP.
L’histoire du football dans le monde arabe est racontée dans cette exposition-évènement, qui se poursuivra jusqu’au 21 juillet, à travers des conférences sur le sport, des documentaires, des interviews, des films, des vidéos, une scénographie immersive et des expériences interactives.
Des objets iconiques, dont des maillots, ballons et trophées de Mondiaux, des photographies et extraits d’archives font également revivre aux visiteurs des moments singuliers, où le football suscite ferveur et passion, rassemble et marque la mémoire de chacun.
Depuis 2014, les Rencontres économiques de l'IMA invitent périodiquement des dirigeants économiques et politiques à se réunir autour de tables rondes consacrées aux enjeux clefs des relations commerciales franco-arabes.
Véritables plateformes de rencontres et d’échanges, ces rendez-vous exclusifs offrent un accès privilégié à des acteurs stratégiques dans une logique de networking.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :