Libération

La résolution 2414 sonne le glas des élucubrations séparatistes

30/04/2018 T. Mourad

Le Polisario sommé de quitter illico presto Guerguarat et Tifariti

La responsabilité d’Alger mise à l’index
Le Conseil de sécurité des Nations unies a prorogé, vendredi, le mandat de la MINURSO de six mois jusqu’au 31 octobre 2018, consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie.
La résolution 2414 appelle ainsi les parties à faire preuve de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue en vue de reprendre les négociations pour parvenir à «une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable» et appelle les parties et Etats voisins à «coopérer pleinement avec l’Organisation des Nations unies et les uns avec les autres, et à renforcer leur engagement afin de progresser vers une solution politique». 
«C’est une résolution très positive pour le Maroc et un cinglant camouflet pour l’Algérie et le  Polisario», nous a déclaré à ce propos Mohammed Benhamou, président du Centre marocain des études stratégiques, précisant qu’elle a pris en compte toutes les données et les remarques présentées par le Royaume.
«Le langage utilisé dans la résolution du Conseil de sécurité atteste d’une nouvelle étape marquant la gestion du dossier du Sahara avec une nouvelle culture et une nouvelle méthode», a-t-il souligné.
Faisant allusion aux débats qui ont eu lieu au Conseil de sécurité avant l’adoption de ladite résolution, il a critiqué les pays qui ont tenté d’introduire ce qu’ils ont appelé «l’équilibre» dans la résolution. Particulièrement la Russie et l’Ethiopie qui ont voulu «atténuer certaines expressions». Malgré tout cela, a poursuivi Mohammed Benhamou qui est également chef du département du droit public à la FSJES de Salé, «la résolution sonne le glas des tentations séparatistes du Polisario». 
L’importance de celle-ci réside dans le fait qu’elle a enterré l’objectif de l’Algérie et du Polisario relatif à l’organisation d’un référendum d’autodétermination. «Cette résolution fait expressément référence à une solution politique et au réalisme», a-t-il précisé. Et d’ajouter : «En parlant de réalisme, la résolution s’adresse à l’Algérie et au Polisario. Car si elle s’était adressée au Maroc, elle n’aurait pas parlé du projet d’autonomie que le Royaume a proposé pour résoudre ce dossier» ni salué sa sagesse.
L’autre point important soulevé par Mohammed Benhamou concerne la fermeté avec laquelle le Conseil de sécurité s’est adressé au Polisario quand il l’a sommé de se retirer immédiatement de la zone tampon de Guergarat.
«C’est un carton jaune que le Conseil de sécurité a adressé au Polisario, a souligné le chercheur marocain. Et si celui-ci continue ses manœuvres et ne se retire pas de cette zone, le Conseil de sécurité pourrait lui sortir le carton rouge». Cette résolution témoigne de l’impatience de la communauté internationale face aux «baltaguias» du Polisario. Et même les pays qui soutiennent l’Algérie se trouvent dans une position difficile et ne peuvent cautionner des manœuvres qui pourraient conduire à l’instabilité dans la région.
Mohammed Benhamou a ajouté que la dernière résolution du Conseil de sécurité confirme que la communauté internationale commence à perdre patience et «qu’il est temps d’aboutir à une solution à ce dossier».
 


Commentaires (1)
1. hrire le 29/04/2018 18:07
Drôle de lecture a moins vous avez été destinataire d'une note tout a fait différente des autres
Nouveau commentaire :