Libération

La Fondation Miftah Essaâd oeuvre à l'inscription des khettaras au patrimoine immatériel de l'Unesco

13/04/2019 Libé

La Fondation Miftah Essaâd pour le capital immatériel du Maroc oeuvre à l'inscription des khettaras au patrimoine immatériel de l'Unesco, a indiqué cette organisation dans un communiqué. La Fondation a affirmé qu'elle oeuvre en ce sens depuis plusieurs années pour promouvoir la portée historique des khettaras, dans le sillage du succès qu'a connu la rencontre sur les khettaras, organisée par la Fondation en marge de la COP22 tenue en 2016 à Marrakech.
La Fondation a ainsi demandé d'inscrire "les savoirs et savoir-faire traditionnels liés aux khettaras" auprès de l'Unesco, en vue parachever les procédures visant à redonner vie à ces structures, et ce pour qu'elles puissent continuer à remplir leur fonction initiale, tout en étant réutilisées dans d'autres programmes de développement, notamment au niveau des circuits touristiques et culturels.
Le ministère de la Culture et de la Communication (département de la culture), étant l'unique interlocuteur officiel à l'échelle internationale avec l'Unesco, va élaborer en coopération avec la Fondation, un dossier de candidature sur "Les savoirs et savoir-faire traditionnels liés aux khettaras", en prévision de leur classement au patrimoine immatériel de l'organisation, conformément à la Convention de l'Unesco de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel que le Maroc a ratifiée en 2006.
Les khettaras, situées dans la zone des cultures du centre (de Tizougaghine à Fezna), ont été sélectionnées pour le dossier qui sera présenté à l'Unesco avant la fin du mois de mars 2020, en tant que projet pilote dont les résultats pourraient être généralisés à l'avenir sur le reste des zones du Maroc qui se distinguent par la présence de ces ouvrages hydrauliques.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :