Libération

L’implication du Polisario dans le crime transfrontalier mise à nu

07/05/2018 Ahmadou El-Katab

«Total News» met en lumière les accointances des séparatistes avec le crime organisé

Conformément à de nombreux rapports ayant apporté des preuves tangibles et irréfutables, le Polisario serait impliqué dans des crimes transfrontaliers. C’est ce qui ressort d’un article publié par l’agence argentine «Total News» sous le titre «Condamnation croissante des activités terroristes du Front Polisario» soulignant que de nombreuses réalités démontrent que le Polisario traîne une longue histoire d’activités terroristes et ses liens avec le crime organisé international.
Dans ce cadre, l’académicien argentin,  Alberto Carlos Agosinio, spécialiste des relations internationales et des affaires stratégiques, a souligné qu’à de nombreuses occasions, un grand nombre d’experts dans le domaine sécuritaire, ont dénoncé l’existence de connexion entre le Polisario, le crime organisé transfrontalier et le terrorisme, se référant au dernier rapport publié par l’Institut flamand pour la paix qui souligne l’implication du Polisario dans des actes terroristes dans la zone sahélo-saharienne.
L’expert argentin, auteur de l’ouvrage «Géopolitique du Sahara et du Sahel» considère que l’implication du Polisario dans des actes terroristes n’est pas récente. Il précise que dans les années 70 et 80, les miliciens du Polisario ont exécuté des opérations terroristes contre des navires qui menaient des activités de pêche dans les eaux marocaines  au large des côtes du Sahara marocain. Ces opérations s’étaient soldées par la mort de plus de 300 innocents. Il précise que les terroristes du Polisario n’ont, jusqu’à présent, pas fait l’objet d’enquête et n’ont pas été punis pour les crimes qu’ils avaient commis. Conformément à ce qu’a confirmé l’association des victimes canariennes des terroristes du Polisario. L’auteur de l’article s’est arrêté sur les preuves de l’implication des éléments du Polisario dans les opérations d’enlèvement de bénévoles venus dans la région accomplir des activités solidaires, notamment ceux d’entre eux qui travaillent pour des ONG européennes.
L’expert argentin a indiqué qu’il existe des preuves de complicité de responsables algériens avec les dirigeants du Polisario pour le détournement des aides humanitaires, dons de gouvernements et ONG destinés aux habitants des camps de Tindouf.
L’auteur de l’article a conclu qu’il n’y aura pas de réelle sécurité dans la zone sahélo-saharienne tant que le Polisario laisse les habitants des camps dans cette situation sans autre perspective que celle de se laisser embrigader par les organisations terroristes ou de s’adonner au trafic.
 


Commentaires (3)
1. nacer le 06/05/2018 18:27
Quand on arme une opposition quelque soit soit son idéologie en réalité on la discrédite auprès de l opinion publique.
D ailleurs le polisario a perdu depuis belle lurette.
Les marocains du Sahara majoritairement ne sont pas de la même ethnie que ce a quoi revendique la RASD secondo l idéologie politique de ses derniers n atteint même pas les 2% dans la région et troisièmement les sahraouis sont très politisés et savent que la milice D Alger ne revendique la region que pour un seul but(les intérêts économiques et stratégiques dans cette region ).
Le site d information kabyle disait a ce sujet

TAMURT
Accueil Tamazgha Personne ne p...
Tamazgha
Personne ne peut critiquer le financement aveugle du Polisario par Alger
Par Ravah Amokrane
Bouteflika au Polisario


TAMAZGHA (Tamurt) – Aucun journaliste ni aucune personnalité politique n’ose même pas évoquer le financement du Polisario par Alger depuis 1975. Personne ne peut souffler le moindre mot sur la volonté d’Alger de créer, à tout prix, une république Arabe au sud du Maroc.

Un vieux projet satanique de Boumediene qui a laissé derrière lui un litige éternel qui envenime toute l’Afrique du nord. Le régime d’Alger peut fermer l’œil sur toute sorte de critique, et y compris celles qui le qualifient d’assassin, mais jamais il tolérera la moindre critique envers le Polisario. Un mouvement séparatiste qui a coûté à l’Algérie des fortunes et des fortunes. A ce jour, aucun journal ni d’opposition ni d’autres ne pourra remettre en cause le financement du Polisario. « Si au moins l’Algérie se contente d’un soutien politique, mais le comble c’est quelle dépense des milliards de dollars annuellement pour financer les institutions, l’armée et les ambassades du Polisario rien que pour déstabiliser le Maroc et lutter contre l’identité Amazighe en Afrique du nord », nous confie un ancien journaliste à Alger.

Quel intérêt pour l’Algérie de continuer dans cette politique rétrograde et à des effets néfastes qui perdure depuis 42 ans? Le Polisario n’aura jamais son indépendance de fait que les peuples de cette région affirment qu’ils sont Marocains. Ils ont compris dès le départ qu’Alger ne veut que déstabiliser la région et ce n’est pas pour leur liberté qu’elle les soutient. Sinon, pourquoi Alger n’a pas créé le Polisario du temps de la colonisation Espagnole? Boumediene a attendu que le Maroc récupère ses territoires pour créer le Polisario.

Ravah Amokrane .
2. Kamal le 06/05/2018 23:14
Vous avez renversez vos rôles. Entre les marocains et ce que font comme sabotage et terrorisme etc pour accuser maintenant des innocents qui reclament leurs droit a vivre en.toute miberte et indépendance ...alorq c'est pas la peine daccuser d'accus
3. Hakim le 08/05/2018 12:38
Le Maroc récupère la cargaison de phosphates saisie en Afrique du Sud (OCP)
Par Lesiteinfo - 8 Mai 2018 À 10 H 43
L’affaire avait fait couler beaucoup d’encore, d’autant plus que le polisario y avait trouvé un terrain de jeu pour titiller le Maroc.
Rappel des faits. En mai 2017, les autorités portuaires de la ville sud-africaine Port Elisabeth ont arraisonné un phosphatier marocain transportant près de 50.000 tonnes de phosphates qui faisait route vers la Nouvelle Zélande. Cette escale était rendue nécessaire pour s’approvisionner en carburant, puisque le voyage pourrait durer plus d’un mois.
Ce genre d’opérations intervient souvent, sauf que cette fois-ci, c’est sur demande du Polisario que le gouvernement de Prétoria avait décidé de saisir les autorités judiciaires. En effet, le mouvement séparatiste a appuyé sa demande du fait que la cargaison provenait du port de Laâyoune et ceci, du point de vue des maîtres de Tindouf, est une preuve de « l’exploitation des richesses naturelles du Sahara ».
L’OCP avait ensuite dénoncé la manière dont le dossier a été traité.
« En décidant de renvoyer l’affaire du navire « Cherry Blossom » au fond, la cour sud-africaine rend une décision éminemment politique et commet un grave abus de pouvoir », avait déclaré l’OCP.
Mais l’histoire se termine bien. Le navire Cherry Blossom, saisi illégalement en Afrique du Sud, vient de quitter les eaux territoriales sud-africaines et sa cargaison a été restituée à son propriétaire légitime, le Groupe OCP.

« À court d’options, la cour sud-africaine avait prononcé un jugement par défaut et sans substance octroyant la propriété de la cargaison au polisario », précise l’OCP dans un communiqué.

Constatant l’incapacité de ce dernier à trouver, après huit mois, un acquéreur lui reconnaissant un quelconque droit sur la cargaison, l’armateur a introduit une requête sollicitant une vente judiciaire de celle-ci afin de libérer son navire, poursuivit-il.

La vente judiciaire qui s’en est suivie s’est à nouveau soldée par un échec, aucun opérateur n’ayant voulu se rendre complice de cette grave entorse aux principes élémentaires du droit menaçant la liberté du commerce international, explique le groupe OCP.

“Aujourd’hui et après de vaines tentatives de vente de la cargaison, le refus de l’ensemble des acheteurs potentiels de se porter acquéreurs de cette marchandise est une preuve claire et irréfutable de l’illégitimité de la propriété octroyée par le tribunal de Port Elizabeth au polisario”, indique Otmane Bennani-Smires, Executive Vice-Président et General Counsel du Groupe OCP.

C’est dans ce contexte, et afin de libérer le navire, que l’armateur s’est porté acquéreur de la cargaison en s’acquittant des seuls frais de l’adjudicateur judiciaire et l’a restitué à son propriétaire légitime Phosboucraa pour un dollar symbolique. Une nouvelle victoire pour le Maroc et une nouvelle désillusion pour le polisario.

Soufiane Laraki
Source le site info
Le polisario n existe pas , c est seulement un outil de propagande .
Sahara marocain pour toujours , Sahara marocain mon amour...
Nouveau commentaire :