Libération
L'armée égyptienne annonce avoir tué 28 islamistes dans le Sinaï

Tillerson assure Le Caire du soutien des USA face au terrorisme

13/02/2018

L'armée égyptienne a annoncé lundi la mort de douze combattants islamistes présumés dans le cadre d'une opération lancée vendredi dans le Sinaï, à un peu plus d'un mois de l'élection présidentielle.
La veille, l'armée avait déclaré que 16 islamistes présumés avaient trouvé la mort au cours des deux premiers jours de l'offensive.
Cette campagne vise à écraser l'insurrection d'ici la fin du mois de février, en vertu d'un calendrier fixé par le président Abdel Fattah al Sissi, qui brigue sa réélection en mars.
Quatre-vingt douze suspects ou personnes recherchées pour des infractions ont également été arrêtés et 60 cibles liées aux groupes armés ont été détruits par l'aviation, a ajouté l'armée dans son communiqué lundi, cité par la télévision publique.
Depuis vendredi, des caches, des dépôts d'armes et des véhicules utilisés par les islamistes ont été détruits dans les raids, menés principalement dans le Sinaï, mais également dans le delta du Nil et dans le Désert occidental.
L'armée de l'air, l'armée de terre et la marine, ainsi que la police et les garde-frontières, participent à l'opération.
Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, apparemment par le groupe Province du Sinaï de l'Etat islamique, semble montrer des islamistes masqués en train d'exécuter des militaires et des civils qu'ils accusent de collaborer avec les forces de l'ordre.
Un membre du groupe Province du Sinaï demande aux Egyptiens de ne pas voter le mois prochain, et appelle les islamistes à "détruire leur jour de polythéisme, répandre leur sang, à commencer par celui de leurs dirigeants."
L'authenticité et la date de la vidéo, qui dure 23 minutes, n'ont pu être certifiées, mais une référence au communiqué de l'armée égyptienne suggère qu'une partie au moins de l'enregistrement a été réalisée après le début de l'opération de sécurité.
Depuis la destitution en 2013 par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi, les forces égyptiennes affrontent dans le Sinaï (nord-est) des groupes extrémistes, dont la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI). Des centaines de policiers et de soldats ont été tués.
L'EI a revendiqué de nombreuses attaques contre les forces égyptiennes mais également contre les civils.
Fin novembre, une attaque contre une mosquée dans le Sinaï avait fait plus de 300 morts, l'attentat le plus meurtrier de l'histoire récente de l'Egypte. L'attaque n'avait cependant pas été revendiquée.
Début janvier, le Parlement égyptien a prolongé de trois mois l'état d'urgence instauré initialement en avril 2017 après deux attentats meurtriers contre des églises coptes, notamment à Tanta, dans le Delta du Nil, où une trentaine de personnes avaient péri. Les attaques avaient été revendiquées par l'EI.
L'état d'urgence était déjà appliqué depuis quelques années dans une partie du nord du Sinaï.
Par ailleurs, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a affiché son soutien à la lutte menée par l'Egypte contre le groupe Etat islamique, lundi lors d'une visite au Caire, première étape d'une tournée au Proche- et Moyen-Orient.
S'exprimant lors d'une conférence de presse avec le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, le chef de la diplomatie américaine a également déclaré que les Etats-Unis "défendaient la tenue d'élections libres, équitables et transparentes, pas seulement en Egypte mais dans tous les pays du monde". Il a cité la Libye.
Rex Tillerson a affirmé que Washington restait déterminé à obtenir une paix durable entre Israéliens et Palestiniens, malgré la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.
"Nous avons convenu de poursuivre notre coopération étroite dans la lutte contre le terrorisme", a dit le secrétaire d'Etat, alors que l'armée égyptienne vient de lancer une vaste offensive contre les djihadistes implantés dans le Sinaï. "Le peuple égyptien doit être confiant dans la solidité de notre engagement au côté de l'Egypte pour combattre le terrorisme."
Le chef de la diplomatie américaine effectue une tournée au Proche- et Moyen-Orient jusqu'au 16 février. Il est également attendu en Jordanie, en Turquie, au Liban et au Koweït.
L'élection présidentielle en Egypte aura lieu du 26 au 28 mars, avec un second tour du 24 au 26 avril le cas échéant.
Le président Abdel Fattah al Sissi brigue un nouveau mandat et n'aura face à lui que le candidat d'un petit parti libéral qui avait précédemment fait campagne en sa faveur.
"Les Etats-Unis défendront toujours les procédures électorales qui respectent le droit des citoyens", a affirmé Rex Tillerson.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :