Libération
L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai

16/05/2018

L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore dans la douleur et le recueillement le 15ème anniversaire des évènements tragiques du 16 mai. A cette occasion, l’Observatoire a constaté que l’approche culturelle demeure l’introduction qualitative qui permet de mieux cerner le phénomène du terrorisme et de lutter efficacement contre cette déviance idéologique. Quinze ans après  les attentats du 16 mai, il appelle une fois de plus, responsables et société civile à déployer davantage d’efforts pour  la lutte contre toutes les formes de terrorisme.  
L'Observatoire intensifie, par ailleurs, ses efforts en cette saison pour promouvoir la tolérance dans la société marocaine «puisqu’elle constitue un principe et une valeur nécessaires à la paix et au progrès économique, social et culturel», lit-on dans un communiqué dudit Observatoire. «La tolérance renforce également le respect et l'acceptation de la diversité culturelle, linguistique et religieuse et de toutes formes d’expressions pacifiques. Les programmes de l'Observatoire se concentrent d’ailleurs sur la promotion de la tolérance à travers plusieurs activités culturelles et de communication ouvertes sur la liberté de pensée et d'expression», précise-t-on.
L'Observatoire appelle également l'Etat et ses institutions à «assurer la justice et l'égalité et à adopter une législation appuyant la tolérance dans les lois et procédures judiciaires et administratives». «L’exclusion des personnes en situation de vulnérabilité et leur rejet de la participation économique, sociale et politique mènent à la frustration, à l'agression et à l'intolérance», ajoute ledit communiqué.

2.112 arrestations et 903 condamnations
Casablanca, 16 mai 2003. Une série de cinq attentats met fin aux illusions de certains milieux qui croyaient encore que l'exception marocaine était de mise. Ces attentats se sont produits quelques jours après des attaques qui ont ciblé des intérêts occidentaux à Riyad en Arabie Saoudite. Ils ont été perpétrés par une dizaine d'islamistes radicaux originaires du bidonville Thomas  à Sidi Moumen faisant une quarantaine de morts et une centaine de blessés.
Le 17 mai 2004, le ministre de la Justice, feu Mohamed Bouzoubaâ (décédé en novembre 2007), a indiqué dans un entretien au quotidien arabophone «Asharq Al Awsat», que les tribunaux marocains avaient inculpé 2.112 islamistes et prononcé 903 condamnations définitives dont 17 peines de mort.
Comment ces terroristes en sont-ils arrivés à un tel stade de violence ? Comment ont-ils préparé leur coup et pourquoi l'ont-ils fait? Pourquoi le secret de leur projet n’a-t-il pas pu être éventé à temps ? Comment ont-ils pu tromper la vigilance des forces de police ? 
Sur ces questions, les avis étaient  partagés et le sont encore aujourd'hui. 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :