L’OCDE appelle à redoubler d’ efforts pour accroître la confiance dans l’IA dans le secteur des finances

24/09/2021

Les pouvoirs publics, les autorités de réglementation financière et les entreprises doivent s’employer de concert, et en accélérant la cadence, à relever les défis dont s’accompagnent le développement et le déploiement d’une intelligence artificielle (IA) digne de confiance dans le secteur financier, selon un nouveau rapport de l’OCDE, dévoilé vendredi.

Dans sa publication intitulée "OECD Business and Finance Outlook 2021" (Les Perspectives de l’OCDE sur l’entreprise et la finance), l’OCDE, basée à Paris, souligne que l’investissement dans l’IA appliquée à la finance est en plein essor, le secteur de la finance et de l’assurance ayant toujours fait partie des dix secteurs d’activité de tête pour ce qui est de l’investissement en capital-risque dans des start-up spécialisées dans l’IA, les montants investis se chiffrant à plus de 4 milliards USD à l’échelle mondiale en 2020.

Près de 65% des investissements en capital-risque réalisés dans ce secteur sont allés à des start-up américaines spécialisées dans l’IA, explique l’Organisation de coopération et de développement économiques dans un communiqué. Les auteurs de l’étude, affirment également que, parce que l’intégration d’applications fondées sur l’IA est de plus en plus poussée dans le secteur des entreprises et de la finance, il va devenir toujours plus important de pouvoir compter sur l’utilisation d’une IA digne de confiance pour garantir la fiabilité des marchés financiers.

L’IA est un moyen de faciliter les transactions, d’accroître l’efficience des marchés, de renforcer la stabilité financière, de promouvoir une plus grande intégration financière et d’améliorer l’expérience des clients. Elle soulève toutefois des difficultés sans précédent au regard du respect de la vie privée, de l’autonomie, de la transparence et de la redevabilité, difficultés qui revêtent une complexité particulière dans le secteur financier, toujours selon l’étude, explique-t-on.

Et d’ajouter que le fait que des algorithmes de plus en plus complexes qu’il est difficile, voire impossible, d’expliquer puissent amplifier les risques existants sur les marchés financiers, ou en faire surgir de nouveaux, suscite des critiques, faisant observer qu’en tant que facteurs déterminants de la confiance placée dans l’IA, la transparence, l’équité, la gouvernance des données et la redevabilité sont au cœur de la gestion des risques.

“Si l'on ne parvient pas à faire en sorte que ces qualités prévalent au sein des systèmes d’IA, on pourrait observer l’apparition de biais induisant des résultats discriminatoires ou iniques, une convergence des marchés et des comportements moutonniers, voire la concentration des marchés entre les mains d’acteurs dominants, qui sont autant de menaces pour l’intégrité et la stabilité des marchés”, précise le rapport.

Il ressort de l’étude que la conjonction de ces circonstances marque un tournant crucial pour le déploiement d’applications fondées sur l’IA dans le secteur des entreprises et de la finance. Les autorités de réglementation financière sont aux prises avec la question de savoir si, et comment, il convient d’adapter les règles existantes, ou s’il y a lieu d’en élaborer de nouvelles, pour rester en phase avec les avancées technologiques dans le secteur des applications fondées sur l’IA, et elles s’efforcent en parallèle de trouver un juste équilibre entre gestion des risques et soutien à l’innovation, remarquent les auteurs de l’étude.

Au niveau international, les Principes de l’OCDE sur l’IA, adoptés en mai 2019,sont devenus la première norme internationale approuvée par des Etats à esquisser une approche responsable à l’appui d’une IA digne de confiance, rappelle-t-on.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :






LIBÉRATION
Adresse: 33, Rue Amir Abdelkader.
Casablanca 05-Maroc.
Tél.: 0522 61 94 00/04. Fax: 0522 62 09 72