Libération

Hassan Naciri : Implication constante du Maroc en faveur des droits de l'Homme

Selon l'ambassadeur du Maroc à Bamako, le Royaume a amorcé une profonde réflexion sur la question migratoire dès le début du millénaire

27/07/2018

La nouvelle politique migratoire adoptée par le Maroc illustre l'implication constante du Royaume en faveur de la protection des droits de l'Homme, conformément aux dispositions constitutionnelles, aux exigences de l'Etat de droit, et en accord avec les engagements internationaux du pays, a indiqué l'ambassadeur du Maroc à Bamako, Hassan Naciri.
Dans une tribune publiée mercredi par plusieurs supports médiatiques maliens à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône, il a souligné que le Maroc, conscient des défis multiples que pose la migration pour l’Afrique et l’Europe, en particulier, a amorcé une réflexion approfondie sur cette problématique dès le début du millénaire.
En septembre 2013, la politique migratoire du Maroc a connu un grand tournant à la faveur de l'orientation Royale visant à établir une nouvelle politique globale en la matière, a-t-il affirmé, relevant que le Royaume a appréhendé la question de l’immigration, en tant que phénomène transfrontalier, sous trois angles et responsabilités complémentaires : national, régional et international.
Le Maroc est riche d’une longue tradition d’immigration et d’accueil due notamment à ses relations séculaires avec l’Afrique subsaharienne, régie en particulier par la Constitution qui garantit le principe de non-discrimination, le droit d’asile et l’égalité de droits entre nationaux et étrangers, a ajouté le diplomate marocain.
Vu l’ampleur de ce fléau, S.M le Roi Mohammed VI avait réitéré sa conviction que la problématique migratoire devrait être approchée de manière globale et humanitaire, a-t-il enchaîné, notant que lors d'une séance de travail consacrée à l'examen des divers volets de la problématique migratoire, le Souverain avait souligné que le Maroc est devenu une terre d’accueil pour les migrants. Et de poursuivre que dans cette optique, la décision a été prise pour procéder à la régularisation de la situation des immigrés en matière de résidence et d’activités qu’ils exercent, dont notamment les immigrés subsahariens.
Dans la foulée, une grande opération de régularisation d’immigrés illégaux au Maroc a profité, dans une première phase, à 25.000 personnes suivie ultérieurement par une autre opération du même genre et du même nombre. A ce jour, pas moins de 50.000 personnes ont bénéficié de la régularisation avec toutes les implications positives pour les bénéficiaires au niveau de l’accès aux services publics de l’enseignement, de la santé et même de la couverture sociale, sans compter les opportunités d’emplois et d’entreprises dans le secteur privé, a-t-il poursuivi.
Néanmoins, des instructions ont été données pour poursuivre sans relâche la lutte contre les réseaux de trafic et la traite des êtres humains. Et eu égard aux conditions qui doivent être réunies pour le bon accueil des immigrés en situation régulière, notamment leur accès légal aux opportunités d'emploi, aux conditions de vie digne et d'insertion économique et sociale, le Royaume ne saurait accueillir tous les migrants qui souhaitent s'y installer, a-t-il insisté.
Sur le plan africain, lors de son 28ème Sommet, tenu en janvier 2017, l’Union africaine (UA) a confié à SM le Roi le leadership de la réflexion sur la gestion de la crise migratoire en Afrique, a rappelé M. Naciri, notant que dès le Sommet suivant, tenu au mois de juillet de la même année, le Souverain a présenté les premiers jalons de la vision africaine commune sur l’immigration.
Lors du 30ème Sommet de l’UA, S.M le Roi a proposé la création d’un Observatoire africain de la migration et d’un poste d’envoyé spécial de l’UA chargé de la migration, a rappelé le diplomate, ajoutant que les deux propositions du Royaume ont été validées par l’organisation panafricaine au terme de son 31ème sommet.
Sur le plan mondial, l’Agenda africain peut instruire le processus d’élaboration du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières et ce, lors d’une conférence qui aura lieu à Marrakech fin 2018.
Cet élan stratégique a eu pour effet de doter le Royaume d'une réelle force de proposition et de lui allouer ainsi un rôle proéminent et actif sur la scène régionale et internationale en termes de gestion de la problématique globale de la migration, s’est félicité le diplomate marocain.
Figurant parmi les rares pays à avoir instauré une Stratégie nationale pour traiter la question migratoire, le Maroc est considéré, à juste titre, comme un modèle référentiel de bonne pratique dont tout le monde s’inspire au quotidien, a conclu le diplomate.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :