Libération

Du nouveau dans l’affaire des terroristes de Berkane et Nador

11/09/2019

Les recherches en cours menées par le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), suite au démantèlement d'une cellule terroriste liée à Daech, le 5 septembre à Berkane et Nador, ont permis de localiser deux sites dans une zone montagneuse au douar Imchtassen, dans la commune Dar al-Kabdani (province de Driouch), où les membres de cette cellule menaient des expériences en matière de fabrication d'explosifs, précise un communiqué du ministère de l'Intérieur.
Les fouilles et constations menées sur place lundi ont permis la saisie des restes d'une cocotte-minute, d'un tube métallique, de câbles électriques et de clous utilisés dans des opérations expérimentales de fabrication d'une charge explosive à distance, indique la même source, ajoutant qu'il a aussi été procédé, au domicile de l'un des suspects, sis à Selouane (province de Nador), à la saisie de tubes en plastique de taille moyenne qui seront soumis à l'expertise scientifique. L'enquête en cours avec les éléments arrêtés a permis de révéler leur implication dans la planification de l'exécution de plusieurs projets terroristes ciblant des sites sensibles dans le Royaume.
Il convient de rappeler que le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), avait démantelé jeudi cette cellule terroriste composée de cinq extrémistes, âgés entre 27 et 41 ans, s'activant dans les villes de Berkane et Nador.  
Un communiqué du ministère de l'Intérieur avait précisé, en l’occasion que cette opération, qui s’inscrit dans le cadre des efforts visant à faire face aux menaces terroristes, avait permis la saisie d'équipements électroniques et d'armes blanches.  
Il ressort des données préliminaires menées à ce propos que les membres de cette cellule avaient planifié de rejoindre des camps d'une branche de Daech dans la région sahélo-saharienne, avant de décider d'adhérer à l'exécution d'opérations terroristes ciblant des sites sensibles dans le Royaume.
Le chef de la cellule terroriste a réussi à acquérir des compétences dans le domaine des explosifs, dans la perspective de se procurer les matières qui servent à la fabrication de charges explosives qu'il comptait utiliser dans ses projets destructeurs, précise la même source.  
Les mis en cause seront déférés devant la justice une fois achevée l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :