Libération

Divers

22/05/2019

Santé

Le ministère de la Santé et la Commission nationale du contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP) ont convenu d’œuvrer de concert pour l'harmonisation du secteur de la santé avec la loi sur la protection des données à caractère personnel. Lors d’entretiens tenus récemment, le ministre de la Santé, Anass Doukkali et le président de la CNDP, Omar Seghrouchni, ont étudié les modalités de collaboration entre les deux institutions et décidé de créer un groupe de travail pour veiller à l’harmonisation du secteur de la santé avec la loi 09-08 sur la protection des données à caractère personnel.
Selon un communiqué conjoint, une première réunion de ce groupe de travail s’est tenue le 6 mai et a défini un plan d’action portant, notamment, sur l’élaboration d’une convention d’accompagnement liant la CNDP au ministère de la Santé, afin de mettre en conformité les procédures d’échange et de circulation des données médicales, conformément aux législations sur la protection des données à caractère personnel et du respect du secret médical.
Ce plan d'action prévoit, également, un programme de mise à niveau des différentes unités de soin, affirme le communiqué, précisant que concernant le secteur public, des travaux seront pilotés par le ministère de la Santé et la CNDP, alors que pour ce qui est du secteur privé, les organisations ordinales et associations professionnelles liées aux métiers de la santé seront associées à cette démarche.

Arrestation

Les éléments de police au commissariat d'Assilah, ont arrêté, dimanche soir, sur la base d'informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), un ressortissant malien soupçonné de médiation pour l’organisation des opérations d'immigration illégale et de traite humaine.
Agé de 35 ans, le mis en cause a été arrêté lorsque les éléments de police ont appréhendé, à l'intérieur de trois appartements, 39 Subsahariens, candidats à l'immigration clandestine vers l'Espagne par voie maritime, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.
Le suspect a été placé en garde à vue à la disposition de l'enquête menée sous la supervision du parquet compétent, tandis que les candidats à l'immigration clandestine ont été renvoyés au service de police chargé des étrangers à la préfecture de police de Tanger, précise-t-on de même source.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :