Course à l’armement au Pacifique, Guerre par procuration Australie-Chin

Jusqu’où ira le duel sino-américain ?

17/09/2021

En 1973, le penseur, politologue, homme d’Etat et académicien français Alain Peyrefitte avait publié son essai intitulé «Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera », ouvrage prémonitoire à plus d’un titre, au vu des grandes mutations géostratégiques mondiales de ces dernières décennies.

Un nouvel ordre international prend forme avec l’extinction des feux de la fameuse guerre froide qui a partagé le monde entre Est et Ouest mais aussi et surtout entre Nord et Sud.

Aujourd’hui, une guerre commerciale féroce opposant particulièrement les Etats-Unis d’Amérique à la Chine, avec l’Australie et des puissances européennes interposées, traduit, effectivement, malgré les efforts vainement mystificateurs de la diplomatie mondiale, un conflit géostratégique mondial de grande envergure, attisant les rivalités et la course effrénée vers la primauté et le leadership planétaire, avec en toile de fond le grand duel sino-américain.*

Les Etats-Unis, déployant tous les moyens et toutes les stratégies, cherchent à conclure et renforcer toutes ses alliances face à une Chine de plus en plus redoutable. Ils viennent ainsi d’annoncer, mercredi, la constitution avec l’Australie et le Royaume-Uni d’un vaste partenariat de sécurité dans la zone indo-pacifique, comprenant, entre autres et particulièrement, la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra. En outre, ce nouveau pacte, annoncé par le président américain Joe Biden, prévoit une collaboration étroite entre Washington et Canberra en matière de cyberdéfense et d’intelligence artificielle.

A ce propos, le chef du gouvernement australien, en réaction au mécontentement de la Chine, n’a cessé de répéter dans différentes interviews que son gouvernement répondait à l’actuelle situation dans la région Asie Pacifique, faisant allusion à l’acquisition de son pays de sous-marins à propulsion nucléaire, qualifiée par la Chine d’«extrêmement irresponsable » et menaçant la stabilité dans la région indo-pacifique, allant jusqu’à brandir la carte de la remise en cause des efforts internationaux de non prolifération nucléaire.

La Chine a un «programme très important de construction de sous-marins nucléaires», a fait savoir le premier ministre australien, Scott Morisson, tout en martelant: «Ils ont le droit de prendre, en matière de défense, des décisions dans leurs propres intérêts, et bien sûr, l’Australie et tous les pays aussi ».

Il a déclaré, là-dessus, que l’Australie a « tout à fait conscience » de la capacité des sous-marins nucléaires chinois et des dépenses militaires croissantes de Pékin. « Nous souhaitons nous assurer que les eaux internationales demeurent internationales tout comme l’espace aérien et que la règle de droit s’applique de la même manière partout », a-t-il précisé, en ajoutant que Canberra souhaite s’assurer qu’il n’y a pas de « zones interdites » dans les régions régies par le droit international.

D’autre part, l’annonce de l’alliance tripartite, USA-Australie Grande-Bretagne, « n’a pas manqué de susciter l’ire de la France, qui voit par conséquent lui échapper un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) pour fournir à l’Australie 12 sous-marins à propulsion», rapporte l’AFP, indiquant que le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a eu des mots cinglants, parlant d’un « coup dans le dos » de Canberra et d’une « décision unilatérale, brutale, imprévisible.

Par ailleurs, il devient clair que la rivalité commerciale, en fait géostratégique, entre grandes puissances, alimente assurément la course hystérique à l’armement, notamment dans le Pacifique. En fait, les tests de missiles et achats d’armes cette semaine dans la région du Pacifique ont mis en évidence l’intensification de la course à l’armement dans cette partie du globe au milieu d’une conjoncture mondiale marquée par les tensions croissantes entre la Chine et les Etats-Unis.

Cette course exceptionnelle traduit une volonté de la région de dépenser sans compter pour se doter des dernières et meilleures technologies en matière d’armement, selon plusieurs experts. Dans ce contexte caractérisé par des contradictions inouïes, des enchevêtrements d’intérêts parfois absurdes et où la littérature diplomatique foisonne à tout bout de champ, la Chine qui met toujours en avant que ses rapports avec les Etats-Unis sont basés sur une « rivalité entre grandes puissances», les accuse tout de même d’alimenter la course aux armements.

D’après le Global Times, quotidien chinois, réputé pour sa résonnance nationaliste, Washington « polarise de manière hystérique son système d’alliance ». Si la peur de la Chine est le moteur des dépenses dans la région, les Etats-Unis semblent vouloir accélérer le processus en aidant activement les alliés régionaux à se renforcer …

La configuration de l’ordre mondial actuel et à venir se présente pleine de zones d’ombre et d’inconnues indéchiffrables mais traduit une conjoncture mondiale explosive aux quatre coins du globe.

Rachid Meftah


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :






LIBÉRATION
Adresse: 33, Rue Amir Abdelkader.
Casablanca 05-Maroc.
Tél.: 0522 61 94 00/04. Fax: 0522 62 09 72