Libération

Brett McGurk loue le leadership de S.M le Roi en matière de déconstruction de l'idéologie de Daech

La Coalition mondiale contre l’EI décide de renforcer sa coopération avec les pays africains

28/06/2018

La réunion des directeurs politiques de la Coalition mondiale contre Daech a été sanctionnée par des recommandations «concrètes» qui vont permettre de renforcer la coopération entre les membres de la coalition et les pays africains en matière de lutte contre le groupe terroriste, a affirmé, mardi à Skhirat, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.
«Un certain nombre de recommandations ont été relevées (lors de cette réunion) qui vont permettre de renforcer la coopération entre les membres de la coalition et les pays africains» pour faire face à la menace terroriste, a  indiqué Nasser Bourita qui s'exprimait lors d’une conférence de presse aux côtés de l’Envoyé spécial du Président américain pour la coalition mondiale anti-Daech, Brett McGurk.
En vertu de ces recommandations, les pays africains seront en mesure d’identifier les bonnes pratiques développées par la coalition alors qu’elle lutte contre l’organisation terroriste, a estimé le ministre, notant toutefois que cette réunion se veut aussi un «exercice utile» pour les membres de la coalition internationale pour notamment appréhender la menace terroriste en Afrique.
Pour Nasser Bourita, cette réunion régionale a été «très utile» par rapport à la dimension africaine, expliquant qu'à la lumière de la stratégie de Daech, l’Afrique est parmi les zones les plus ciblées par la menace terroriste.
Le continent africain présente des points de vulnérabilité qui sont exploités par la nébuleuse terroriste, a-t-il relevé lors de cette conférence de presse tenue à l’issue de la Réunion des directeurs politiques de la Coalition mondiale anti-Daech, faisant remarquer qu’il faut garder à l’esprit, dans ce contexte, le nombre d’attentats perpétrés et celui des combattants aussi bien d’Aqmi que de Daech.
Tout cela montre que l’Afrique pourrait être un «terrain de déploiement» du groupe terroriste, a mis en garde Nasser Bourita.
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a, en outre, relevé que les pays africains ont beaucoup à apprendre de l’action de la coalition, soulignant que les membres de cette coalition ont eux-mêmes beaucoup à apprendre de la dynamique et des efforts entrepris par les Africains pour faire face au terrorisme.
Il a, par ailleurs, indiqué que cette réunion a été «très fructueuse» par rapport à la coalition elle-même et son action principale en Syrie et en Irak, relevant toutefois le besoin «encore pressant» pour renforcer l’action humanitaire et les efforts de reconstruction, gérer la question des combattants terroristes capturés et poursuivre l’action militaire avec tous les progrès qui ont été réalisés.
Cette réunion, aux côtés d’autres initiatives, se veut une «autre illustration» d’un partenariat solide, global, au service de la paix et de la stabilité aux niveaux régional et international, a encore affirmé Nasser Bourita.
Répondant à une question sur les actions entreprises pour lutter contre le terrorisme dans le continent, le ministre a précisé que l’Afrique dispose d’initiatives et de structures qui doivent être renforcées et accompagnées, relevant que l’action, avant d’être internationale, doit d’abord être nationale.
«Nous avons besoin de stratégies nationales que la communauté internationale pourrait accompagner», a-t-il dit, ajoutant que les bonnes pratiques de la coalition mondiale anti-Daech peuvent être utiles dans ce sens et contribuer aux stratégies nationales.
Dans la même veine, Nasser Bourita a relevé l’importance d’une coopération triangulaire entre des membres de la coalition, des pays africains et le Maroc pour renforcer la sécurité dans plusieurs Etats du continent.
Il est important d’ajuster le système de sécurité d’autant plus que l’Afrique fait face à une «menace asymétrique» à laquelle elle n'est pas habituée, a dit le ministre.
Pour sa part, Brett McGurk a mis en avant le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en matière de déconstruction de l’idéologie funeste de l’EI.
Le responsable américain a relevé les contributions «fondamentales» du Royaume du Maroc dans les efforts de lutte contre le groupe terroriste, et ce depuis l’entame de la campagne de la coalition.
Le Maroc a fait montre de leadership dans le cadre de la coalition anti-Daech à travers des contributions importantes et continues, a dit Brett McGurk.
«Nous sommes particulièrement reconnaissants vis-à-vis du leadership du Maroc et de ses contributions» dans le cadre de la Coalition internationale contre l’EI, a tenu à souligner l’envoyé personnel du Président américain, notant que celle-ci a fait «beaucoup de progrès» dans ses efforts visant à endiguer l’organisation terroriste et contrecarrer son influence dans plusieurs parties du monde, y compris en Afrique.
Par ailleurs, il a fait observer que la réunion qu’a accueillie le Maroc avec la participation de plus de 50 délégations, y compris les 24 membres d’Afrique, a été marquée du sceau de la réussite et a examiné les moyens à  mettre en œuvre pour achever le travail entrepris notamment en Irak et en Syrie et continuer à lutter contre Daech.
La réunion de Skhirat, la première du genre dans la région, «a été très réussie», a-t-il indiqué.
Cette rencontre, qui a notamment focalisé sur le terrorisme en Afrique, a été l’occasion de continuer de partager les informations et de s’assurer que le travail se fait en réseau pour «garder nos patries en sécurité», a poursuivi le responsable US, notant que l’accent a été mis sur les moyens de sécuriser les frontières pour prévenir l’infiltration des combattants étrangers et assécher leurs sources de financement.
Répondant à une question sur le partenariat de longue date unissant les Etats-Unis et le Maroc, le responsable américain a mis en exergue la solidité des relations entre les deux pays, ajoutant que la coopération en matière de lutte contre le terrorisme est l'un des aspects de ce partenariat.
Par la même occasion, Brett McGurk a annoncé l’adhésion de la Guinée et de la CEN-SAD à la coalition internationale anti-Daech, ajoutant que la coalition continuera aussi de travailler avec le G5 afin de combattre le terrorisme, notamment en Afrique.
Il a également annoncé la mobilisation d’un montant de 90 millions de dollars destiné aux efforts de stabilisation de la ville de Raqqa et d’autres régions de la Syrie.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :