Libération

Bouillon de culture

16/03/2019

Jussie Smollett
L'acteur américain Jussie Smollett, accusé d'avoir menti à la police en affirmant avoir été victime d'une agression homophobe et raciste en janvier, a plaidé jeudi non coupable devant un tribunal de Chicago. Le chanteur et comédien de 36 ans, noir et homosexuel, est poursuivi pour dépôt de fausse plainte, considéré comme un "délit grave". La police l'accuse d'avoir inventé cette agression en vue de faire avancer sa carrière.
Jussie Smollett était l'une des vedettes de la série "Empire", dont il a été débarqué pour les deux derniers épisodes de la saison en cours après la révélation de l'affaire. Il est notamment accusé de s'être envoyé une fausse lettre contenant des insultes racistes et homophobes. Il aurait ensuite engagé deux hommes afin de simuler son agression fin janvier dans le centre de Chicago, et avait déposé plainte juste après. L'agression présumée avait provoqué une vive émotion et Jussie Smollett avait reçu le soutien de nombreuses personnalités. Mais la police avait rapidement eu des doutes sur la réalité des faits. Il aurait en réalité payé 3.500 dollars aux deux agresseurs présumés, deux frères originaires du Nigeria pour simuler cette attaque.

Spotify
Le groupe américain Apple a riposté à la plainte déposée à Bruxelles par le suédois Spotify, en accusant le numéro un mondial du streaming de musique de "vouloir tous les bénéfices d'une application gratuite, sans être gratuit", dans un communiqué mis en ligne jeudi soir en Californie. "Après avoir utilisé l'App Store pendant des années pour faire considérablement croître ses affaires, Spotify cherche à garder tous les bénéfices dérivés de l'écosystème de l'App Store --y compris les revenus substantiels qu'il retire des clients de l'App Store-- sans contribuer du tout à cette place de marché", affirme l'entreprise californienne. Spotify a annoncé mercredi avoir déposé une plainte "formelle" auprès de la Commission européenne contre Apple pour abus de position dominante sur le marché de la musique en ligne. Il lui reproche notamment d'imposer un droit de 30% aux services de musique en ligne qui vendent leur abonnement via l'App Store, la boutique en ligne d'applications de la marque à la pomme, enchérissant d'autant le coût de l'abonnement pour les utilisateurs.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :