Libération
Abdelkrim Benatiq : Se soucier des Marocains du monde ne sera jamais occasionnel mais plutôt fondamental

31/07/2018 Chady Chaabi

A la veille des célébrations officielles de la Fête du Trône, le Centre international de conférences Mohammed VI a accueilli, dimanche après-midi, une rencontre organisée par le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, en présence de plusieurs dizaines de membres de la communauté marocaine  à l’étranger.
En plus des débats articulés autour des thèmes de "L’intégrité territoriale du Royaume" et "Les enjeux de la coopération Sud-Sud", le point d’orgue de cette rencontre a été l’intervention d’Abdelkrim Benatiq, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration. Une intervention axée sur la préservation de l’identité marocaine, l’encouragement d’un islam modéré chez les Marocains du monde ainsi que la nouvelle politique migratoire du Royaume.
Preuve de l’importance dévolue à la communauté marocaine du monde dans les objectifs de développement nationaux, Abdelkrim Benatiq a rappelé les nombreux programmes visant à renforcer et consolider les liens des Marocains immigrés avec le pays d'origine, lesquels passent principalement par la préservation de leur identité marocaine où qu’ils soient.
Comme l’a indiqué Abdelkrim Benatiq lors de son intervention en s’adressant aux expatriés marocains : «Vous faites tous partie de ce pays et sans exception. Vous représentez aujourd'hui 5 millions de Marocains, ce qui constitue une partie importante du capital humain national». Et de souligner : «Se soucier des Marocains du monde ne sera jamais occasionnel mais plutôt fondamental, car vous représentez un modèle de coexistence, d’intégration et de respect pour les croyances des autres ».
Justement, l’un des exemples d’intégration les plus saisissants est la pratique d’un islam modéré par les Marocains dans leurs pays d’accueil. D’ailleurs, Abdelkrim Benatiq a souligné «la nécessité de renforcer cette pratique » tout en fustigeant « l'image véhiculée par l'Occident au sujet des musulmans et des immigrés » tout en espérant l’abolition de l’instrumentalisation de la religion ainsi que de la migration, à des fins politiques.  
S’agissant de la nouvelle politique migratoire du Maroc en matière d'immigration et de demande d’asile, le ministre délégué a rappelé que cette dernière a permis de régler le statut juridique de près de cinquante mille immigrantes et immigrants, lesquels se sont vu octroyer plusieurs droits identiques à ceux des citoyens marocains, dont le droit de bénéficier d'un logement social, de soins de santé ou encore d'éducation. Et d’ajouter : « Ce modèle se fonde sur de véritables approches humanitaires, loin de toute  instrumentalisation politique comme c’est le cas dans certains pays européens ».
Il  a également mis en exergue la portée universelle, à la fois humanitaire et économique de la question migratoire en attirant l’attention de l’auditoire sur les «258 millions de migrants vivant en dehors de leurs pays d'origine, dont la moitié sont des femmes, et qui constituent 3,4% de la population mondiale, mais qui contribuent à hauteur de 9,5% du PIB mondial». Abdelkrim Benatiq a conclu son intervention sur une note d’espoir, en déclarant que «dans le monde d’aujourd’hui où l’ère des frontières est dépassée, il y aurait moins de conflits si ses habitants et autres décideurs prenaient le temps de prôner les valeurs universelles de coexistence et de respect des autres ».


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :