A qui profite le crime ?

13/09/2021

La piste terroriste dans l’attaque criminelle contre des routiers marocains n’est pas à exclure
Deux conducteurs marocains ont trouvé la mort et un autre a été blessé, samedi dernier, dans une attaque armée à Didiéni dans la région de Kaye, localité située à environ 300 km de Bamako au sud du Mali. Cette attaque meurtrière a, bien entendu, soulevé la colère et l’indignation, mais aussi beaucoup de questions et de zones d’ombre que l’on ne peut élucider que par une enquête approfondie sur les circonstances de l’attaque et ses commanditaires. Le modus operandi de cette attaque laisse entendre que les assaillants appartiennent à un groupe criminel, voire terroriste, bien organisé et visant des objectifs « politiques ». «Choisir d'attaquer des camions marocains transportant des marchandises n'est pas fortuit. Cela pourrait être interprété comme une punition pour les pays d'Afrique de l'Ouest, car la plupart d'entre eux ont ouvert des consulats au Sahara marocain, d’une part, et comme une tentative d’assiéger le Maroc et de couper ses liens avec sa profondeur africaine, d’autre part », a estimé Moussaoui Ajlaoui, expert associé à Ames-Center et spécialiste des questions africaines, dans une déclaration à Libé. D’après lui, la route où s’est produit le sinistre incident est utilisée par les chauffeurs marocains pour le transport de marchandises et de produits alimentaires vers tous les pays d'Afrique de l'Ouest via Bamako, considérée comme plaque tournante en direction du Bénin, du Niger et du Burkina Faso. «Il s’agit donc d’une route vitale pour l'ouverture marocaine sur le continent africain sur le plan économique, notamment les produits alimentaires (légumes, fruits, viande et autres) ». Ce qui prouve que cette attaque est préméditée, selon Moussaoui Ajlaoui, et vise à atteindre des objectifs autres que le vol est que «les assaillants étaient blancs et cagoulés, portaient des gilets anti-balles et disposaient d’appareils de communication. Ils n'ont rien volé, car leur seul but était apparemment d'agresser et de tuer les conducteurs. Et après leur forfait, ils ont rapidement disparu. C'est absolument différent des attaques précédentes. Ce n'est pas la première fois que des hommes armés perpètrent des attaques non seulement contre les Marocains, mais aussi contre les Mauritaniens, les Sénégalais, les Maliens et tous ceux qui empruntent cette route. Mais l’attaque contre les transporteurs marocains était uniquement dans le but d'assassiner les chauffeurs », a souligné le chercheur marocain. Mais la question qui s’impose maintenant est la suivante : à qui profite ce crime abominable ? Pour répondre à cette question, Moussaoui Ajlaoui avance plusieurs hypothèses.« Dernièrement, il y avait des déclarations de responsables algériens, notamment les responsables sécuritaires et ceux du ministère des Affaires étrangères, selon lesquelles l’Algérie répondra au Maroc de manière stratégique, c'est-à-dire qu’elle visera ses intérêts stratégiques », a estimé Moussaoui Ajlaoui avant de s’interroger : « Ce qui s'est passé est-il une mise en œuvre des dernières déclarations du ministre algérien des Affaires étrangères ? ». D’après l’expert marocain, ce crime pourrait être commis par « des groupes terroristes indirectement liés aux services de renseignement algériens. D’ailleurs, tous les rapports, notamment européens, font état de liens entre Iyad Ag Ghali et les services algériens. Les Européens pensent que les services algériens protègent ces groupes djihadistes, et il y a plusieurs événements et indices qui prouvent les liens étroits entre les deux parties ». Il y a également, selon Moussaoui Ajlaoui, l’Etat islamique dans le Grand Sahara conduit par de jeunes dirigeants qui appartenaient auparavant aux séparatistes du Polisario. «Le Polisario a-t-il participé à cette opération par l'intermédiaire de ce groupe terroriste ? Cela confirmerait les analyses précédentes sur les liens entre le Polisario et les groupes terroristes dans la région du Sahel et du Sahara ». « En tout état de cause, cette attaque n’a pas pour but le vol, mais vise vraisemblablement à atteindre des objectifs politiques et stratégiques qui convergent avec les intérêts des services de renseignement algériens », a mis en avant le chercheur marocain qui a souligné que le Maroc, par le biais de son ambassadeur au Mali, Hassan Naciri, a demandé l’ouverture d’une enquête au sujet de cette attaque. « Le Maroc devrait demander à l’ONU l'ouverture d'une enquête qui pourrait démasquer les vrais commanditaires de l’attaque en vue de prendre une décision ferme à leur encontre, et il devrait également soulever la question auprès de la Ligue arabe et de l'Union africaine », a conclu Moussaoui Ajlaoui. 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :






LIBÉRATION
Adresse: 33, Rue Amir Abdelkader.
Casablanca 05-Maroc.
Tél.: 0522 61 94 00/04. Fax: 0522 62 09 72