Libération

A Fès, une rencontre met en avant l’importance du droit d’accès à l’information

27/12/2018

Des académiciens et des acteurs associatifs ont mis en valeur à Fès l’importance de la loi 31.13 sur le droit d’accès à l’information, qui entrera en vigueur en mars prochain. Cette loi, qui traduit l’un des engagements de la Constitution de 2011, représente la première expérience au Maroc en matière de réglementation de la manière d’accès des citoyens à l’information auprès des administrations.
Pour Ali Lagseb, président de l'Association ‘’Citoyen des rues’’, qui a initié cette rencontre, l’accès à l’information est l’un des droits qui devraient être respectés de manière ‘’saine’’, afin de permettre à tous les citoyens d’accéder à l’information au même pied d’égalité, conformément aux dispositions de la Constitution et des chartes et conventions internationales en la matière.
Cette loi est ‘’une matérialisation et une incarnation de la démocratie participative’’, a-t-il estimé. Le chercheur universitaire Ahmed Moufid, a qualifié, lui, la loi 31.13 comme étant ‘’l’un des piliers principaux de la gouvernance’’ et de ‘’prélude important’’ à même de garantir tous les droits et garanties en matière d’égalité des chances. Il a fait remarquer qu’’’en l’absence d’une loi sur le droit d’accès à l’information, l’on se retrouve dans une situation de non-égalité’’, relevant que cette nouvelle loi incitera les collectivités locales à mettre en place des stratégies en la matière, avant son entrée en vigueur en mars 2019.
Le chercheur-universitaire Abderrazak El Hiri, a insisté, de son côté, sur l’importance de ‘’la diffusion anticipative et proactive de l’information avant que les citoyens ne formulent les demandes d’obtention, dont les budgets des collectivités’’, notant que le droit d’accès à l’information renforce ‘’le principe de participation’’.
Mettant en avant des exemples de certains pays en matière de déclaration de patrimoine, le chercheur a indiqué que les revenus des citoyens dans les pays scandinaves, par exemple, sont ‘’une affaire publique’’ et les déclarations de patrimoine sont ‘’une question volontariste’’, ce qui permet de suivre le parcours de chaque responsable, même après la fin de sa carrière.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :